Le Mans : la cathédrale sous surveillance pour éviter tout incendie ou intrusion

L'incendie de la cathédrale de Nantes pose de nouveau la question de la sécurité de ces édifices religieux, un an après l'incendie de Notre-Dame. Exemple à la cathédrale du Mans, construite entre le 11ème et le 15ème siècle.
La cathédrale du Mans
La cathédrale du Mans © France Televisions
La question de la sécurité des cathédrales est aujourd'hui posée après l'incendie de la cathédrale Saint-Pierre-Saint-Paul à Nantes le 18 juillet dernier.

Une responsabilité de l'Etat, propriétaire de 87 cathédrales en France. Parmi elles, celle du Mans, la cathédrale Saint-Julien, un édifice daté du 11 au 15 ème siècle. 
 

Un système de sécurité renforcé

Même rituel pour ce sacristain bénévole depuis 10 ans. Bernard Briones se charge chaque jour d'ouvrir les portes de la Cathédrale du Mans et de vérifier le bon fonctionnement de l'alarme anti-intrusion.

"Ce boitier est relié à l'entreprise qui est mandatée pour assurer la surveillance du bâtiment et intervenir en cas d'intrusion, explique-t-il, il sert aussi à protéger tous les trésors de la cathédrale".
Bernard Briones, sacristain bénévole à la cathédrale du Mans
Bernard Briones, sacristain bénévole à la cathédrale du Mans © France Televisions
Formé, cet homme connait aussi le système de surveillance incendie et peut donner l'alerte.

"On vient sur le tableau (électronique), on a l'information association chiffres-lettres, on se reporte sur le tableau ici", une feuille de papier affichée à côté, continue le sacristain, on voit où le détecteur a été déclenché, on se porte le plus rapidement possible sur la zone pour faire une levée de doute, pour voir s'il y a eu un déclenchement intempestif. Si c'est un incendie, on appelle les pompiers ou on peut déjà attaquer le feu avec les extincteurs à proximité."

Des colonnes sèches aux abords des escaliers, des alarmes, des détecteurs de fumée... une soixantaine sont répartis dans tout le bâtiment de 5 000 m2.

Un système renforcé suite à un incendie criminel arrivé il y a 25 ans. Les appareils nichés dans l'orgue du 16 ème siècle ont permis d'éviter le pire.
L'orgue de la cathédrale du Mans
L'orgue de la cathédrale du Mans © France 3 Pays de la Loire
"C'est grâce aux détecteurs de fumée" que l'incendie a pu être détecté, raconte l'organiste titulaire de la cathédrale Marie-Josée Chasseguet, si on n'avait pas eu de gardien, quelques heures plus tard, la cathédrale était en flammes".

Depuis l'incendie de Notre-Dame-de-Paris, l'Etat, propriétaire du lieu, a renforcé sa collaboration avec les services de secours. Et la conformité est vérifiée tous les 5 ans avec d'autres améliorations programmées.

"Les éléments du réseau électrique, au contact du bois, seront repris de manière à les éloigner de tout élément inflammable, c'est un des premiers points qui va être fait rapidement, explique Nicolas Gautier, le SSI (le Système de sécurité incendie, NDLR) qui va être remplacé va connaître, lui, une amélioration technique qui permettra à deux détecteurs d'incendie de se mettre en mouvement en même temps."

Une vierge en bois datant du 13 ème siècle, la collection de vitraux médiévaux sont quelques uns des trésors à préserver qu'abrite ce joyau architectural romano-gothique qu'est la cathédrale du Mans.
 
Le reportage de notre rédaction
Sécurité de la cathédrale du Mans
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
cathédrales culture patrimoine incendie faits divers