Sarthe: un laboratoire traque les variants du coronavirus

Publié le Mis à jour le
Écrit par Carine Mordrelle avec Nathan Vildy

Depuis mercredi dernier, le laboratoire Laborizon détecte des variants du covid-19 grâce à la technique du criblage.

Un an après l'apparition du coronavirus, des mutations du virus se créent. Aujourd'hui, plusieurs variants ont été identifié dont deux britanniques et sud-africains mutants. Dans les laboratoires de Laborizon, ils sont détectés depuis le 10 février. Trois étapes sont, alors, nécessaires pour le réaliser: la séparation des échantillons, l'extraction de l'ARN( composé chimique présent chez tous les êtres vivants) et son amplification avec l'ajout d'un produit réactif. Des recherches de gênes sont effectuées, différentes de celles de base, c'est ce qu'on appelle le criblage.

"On observe des courbes qui augmentent exponentiellement et qui, derrière, font un petit plateau. Pour le variant anglais, deux gênes courbes permettent de le détecter. Pour celui sud-africain , une seule gêne courbe avec en plus la courbe du contrôle interne suffit. "

Emilie Galienne, technicienne à Laborizon

5000 tests sont analysés chaque jour.

Au laboratoire manceau, le criblage se fait sur les mêmes machines mais avec un nouveau protocole. Il a fallu adapter les machines au nouveau réactif et le faire valider par les autorités.

Depuis mercredi dernier, le laboratoire tourne en journée continue avec 12 personnes par jour . Ce sont 160 personnes qui s'affairent sur 3 départements: Sarthe, Maine-et-Loire et Loire-Atlantique. L'entreprise a implanté  22 sites sur la région.

"le but est de bien connaitre l'emprise de la diffusion de ce virus qui n'est pas linéaire mais qui est plutôt exponentiel " 

François Denis, président Laborizon Maine-Anjou

Connaitre la situation en France est important d'un point de vue épidémiologique

"On se rend compte que ces variants seraient liés à une propagation plus importante du virus. Les dernières données disent qu'un quart des tests positifs détectés par Labomaine sont des virus mutants anglais."

Sophie Chalmin, directrice générale Labomaine Maine-Anjou

Bientôt six automates en fonction

Même si la situation sanitaire s'améliore dans la région, le laboratoire se prépare au pire en s'équipant d'un 6 ème automate dans les prochaines semaines.

Le reportage de notre rédaction: