Violences urbaines au Mans : les écologistes se fâchent contre la Région, qui répond...

Après les scènes de violence qui ont eu lieu samedi dernier au Mans le groupe écologiste et citoyen des Pays de la loire souhaitait la condamnation de ses actes par la Région. Un voeu refusé par la majorité lors de la session du conseil régional, ce qui indigne le groupe d'opposition. 

Samedi dernier, un peu avant 22 heures, en marge d'une manifestation de l'extrême-droite pour sa traditionnelle "marche du souvenir vendéen", une quarantaine d'individus ont pris pour cible des terrasses de bars du centre-ville du Mans.

Des actes de violence condamnés par le groupe écologiste et citoyen de la région Pays de la Loire.

Lors de la dernière session plénière du Conseil régional mercredi, le groupe de l'opposition a proposé un voeu "pour que l’assemblée régionale condamne unanimement ces violences et affirme son soutien aux commerçant.e.s, mancelles, manceaux et autres personnes touchées par les violences perpétrées. Christelle Morançais et sa majorité LR-UDI ont refusé de les condamner, applaudis par les élu.e.s situé.e.s à l’extrême-droite de l’hémicycle".

"Cette condamnation unanime par l’assemblée régionale permettait d’envoyer un signal fort, dans un contexte de regain des violences menées par des militants liés à l’extrême-droite radicale ces dernières années",
 précise Sophie Bringuy, à la tête du groupe.

"La majorité régionale, présidée par la mancelle Christelle Morançais a voté contre ce vœu, rejoignant ainsi la position du nouveau groupe dissident du Front National de Pascal Gannat",déplore le groupe, "ce dernier a qualifié les faits d’insignifiants, de montage de la presse, et même justifié les violences perpétrées, en invoquant la présence des forces de l’ordre et le rassemblement antifasciste le jour-même".

En réponse au groupe écologiste, la majorité a réagi ce jeudi, condamnant "très fermement toutes les formes de violence et tous leurs auteurs, quels qu’ils soient".

Pour la région, "aucune cause ne justifie l’usage de la violence dans la République. Mais la lutte contre ces actes intolérables qui abiment notre pays ne tolère aucune ambiguïté : face à la violence, il ne peut y avoir de condamnations sélectives et d’indignations à géométrie variable".

"Nous n’avons aucune leçon de morale à recevoir", poursuit la majorité, "jamais nous n’avons entendu les élus écologistes condamner les zadistes qui ont saccagé le centre-ville de Nantes durant des mois. 
Jamais les élus écologistes n’ont condamné les casseurs qui ont commis des violences intolérables ces dernières semaines à l’occasion des manifestations. Nous le déplorons".





 






 
L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité