Sarthe-Vibraye : le site Mécachrome ferme

Mécachrome, sous-traitant d’Airbus, ferme le site de Vibraye, dans la Sarthe. 74 personnes sont impactées. L’usine de Sainte-Luce -sur-Loire, près de Nantes, est, pour l'instant, épargnée.

Le site Mécachrome de Vibraye, dans la Sarthe.
Le site Mécachrome de Vibraye, dans la Sarthe. © Emile Leveel, FranceTélévisions
6000m2, c’est la superficie du site de production de Vibraye, dans la Sarthe. De l’usinage, mais aussi de l'innovation et de la R&D, voilà – entre autre- ce qu’on y fait. Ce qu’on y faisait plus précisément. Vendredi 25 septembre, le  groupe qui conçoit, usine et assemble des pièces notamment pour l’aéronautique, a annoncé la fermeture de l’usine. Même si les salariés s’en doutaient, la restructuration avait été annoncée avant la crise du Covid-19, l’officialisation reste un coup dur.
 

Ceux qui peuvent être mutés tant mieux pour eux -même si on dit ça à des salariés qui ont fait tant d’efforts pour préserver le site et que finalement les efforts n’ont pas payé- mais pour ceux qui vont être licenciés, ça va être compliqué pour eux


Joffrey Loriot - représentant FO

 

38 licenciements et 36 mutations


La suite ? Des négociations. Il y a plusieurs réunions prévues entre les syndicats et la direction jusqu’au 16 janvier, pour une mise en place des mesures, annoncée pour le 25 janvier 2021. De leur côté, les syndicats espèrent réduire le nombre de licenciements et augmenter les mutations, vers trois sites : ceux de Sablé-sur-Sarthe (en Sarthe), de Sainte-Luce-sur-Loire (près de Nantes) et d’Aubigny (Centre Val de Loire). Et il y a la loi Florange.

Quand on ferme un site, il y a obligation de trouver un repreneur ou un acheteur. De ce fait, on espère que quelqu’un se manifeste

Joffrey Loriot - représentant FO

 

L’espoir qui permet de tenir, aussi, en ces temps de crise.



 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie industrie emploi aéronautique