Covid-19 : des tests rapides à disposition pour une quinzaine d'EHPAD de Vendée

Le Département de Vendée va expérimenter un équipement permettant de réaliser des tests SARS-coV-2 dans les Etablissements d'Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes. Une quinzaine d'EHPAD vont être équipés pour tester les résidents, les personnels et les visiteurs.
Le Département de Vendée a financé l'achat de machines et de tests pour 16 établissements.
Le Département de Vendée a financé l'achat de machines et de tests pour 16 établissements. © France Télévisions Cathy Colin
Mis au point par SkillCell, une entreprise du groupe Alcen en collaboration avec le CNRS de Montpellier, EasyCOV est un test salivaire que Tronico présente comme fiable à 99% (sur la spécificité).
Tronico, c'est l'entreprise vendéenne (également du groupe Alcen), basée à Saint-Philbert-de-Bouaine, qui fabrique le dispositif permettant de faire "parler" le test salivaire, afin de détecter la présence ou non du virus.

Spécialisé depuis 1973 dans la conception et la fabrication de cartes électroniques pour l'aéronautique, Tronico s'est diversifié en 2015 en investissant dans le marché médical. Après avoir conçu et fabriqué notamment un respirateur et un robot mobile de désinfection, Tronico produit maintenant le EasyVID "dispositif nomade" qui est associé au test salivaire EasyCOV.
 

Expérimenté dans 15 EHPAD

C'est cet outil électronique qui a été acheté par le Département de Vendée pour équiper expérimentalement quinze EHPAD et une maison de vie.

Dès ce vendredi 13 novembre, la Résidence Béthanie des Achards va recevoir un premier exemplaire et une formation du personnel est prévue.

La directrice de l'établissement, Estelle Guédon, se réjouit de pouvoir disposer de cet outil qui permettra, selon elle, "de rassurer et de rendre le climat plus serein." 

Le Département de Vendée fournit l'appareil et 210 tests.

"Le test salivaire est rapide et non invasif contrairement au Trod (test sanguin)" se réjouit Estelle Guédon. Il est également rapide. En 40 minutes, il est possible d'avoir le résultat. 

L'idée est de pouvoir tester les résidents et les personnels. Mais pour Estelle Guédon, il s'agit aussi de pouvoir tester les visiteurs. Afin d'établir un barrage supplémentaire à l'entrée du virus dans ces lieux hautement sensibles que sont les l'EHPAD. 
Chaque test salivaire EasyCOV coûte 20 €
Chaque test salivaire EasyCOV coûte 20 € © Alcen
 

Un coût important pour les utilisateurs

Ce dispositif est donc intéressant ... mais coûteux. Si le Département fournit la machine, 1500 €, et les 210 premiers tests, les tests suivants seront à la charge des établissements. A 20 € le test, cela va vite chiffrer. Et, pourrait-on dire, c'est un prix de lancement. Certes, si la Haute Autorité de la Santé donne son agrément, c'est un pas vers une prise en charge par la Sécurité Sociale, mais rien ne dit que les prix ne vont pas augmenter, laissant un reste à charge important pour la clientèle.

A la résidence Béthanie des Achards, pour ne prendre que cet exemple, on estime, en moyenne, à 25 le nombre de visites par jour. Tester tous les visiteurs ne semble pas envisageable. Sans compter qu'il faudra du personnel disponible formé à cette pratique. 

"On est sur de la biologie humaine, précise Estelle Guédon, il faut des personnels aptes à faire le test, respecter un protocole, gérer les questions de confidentialité." En clair, seules des infirmier(ère)s ont toutes les compétences requises.
 

Un partenaire pour valider l'usage

Pour Tronico, la société de Saint-Philbert-de-Bouaine, cette opération menée par le Département de Vendée est une belle opportunité pour valider son outil en cours d'homologation. Pour le moment, EasyVID et son test associé EasyCOV, sont vendus principalement à l'étranger, pour des aéroports ou des établissements recevant du public.

Une telle porte d'entrée dans les EHPAD, cibles importantes dans la lutte contre l'épidémie, permettrait à l'entreprise de développer sa clientèle et donc de conforter sa branche santé alors que son cœur de métier, l'aéronautique, est en crise.

 
L'avis de l"Agence Régionale de Santé
L'ARS des Pays de la Loire n'était pas conviée ce jeudi matin lors de la présentation de cette intitiative par le Département de Vendée. Et pour cause, l'Agence Régionale de Santé reste très dubitative quant à la fiablité des tests salivaires. 
"Lorsque le test salivaire est positif, il ne se trompe pas, explique le Dr Jean-Yves Gagner, conseiller médical à l'ARS, d'où le chiffre de 99 % annoncé par Tronico, mais il faudrait tester sa sensibilité sur les personnes asymptomatiques." 
Précisément, lorsque l'on utilise le test salivaire comme vont le faire les EHPAD, sur des personnels ou des visiteurs qui n'ont pas toujours des symptômes, ces personnes ne présenteront pas de charge virale élevée et le test salivaire n'est pas forcément suffisamment fiable dans ces conditions.
Dans ce cas de figure, selon le Dr Gagner, en terme d'efficacité, "le test RT-PCR par prélèvement nasopharyngé est sur la première marche du podium."
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société personnes âgées famille