Envolée des prix du gaz et de l'électricité, des aides locales existent aussi pour les travaux de rénovation énergétique

Publié le Mis à jour le
Écrit par Charles Lemercier avec Fabienne Béranger
Il existe une palette d'aides pour financer des travaux de rénovation énergétique
Il existe une palette d'aides pour financer des travaux de rénovation énergétique © SEBASTIEN LAPEYRERE - MaxPPP

La facture d’énergie s’annonce salée pour les ménages avec l'augmentation du gaz et de l'électricité. Pour réduire cette facture, plusieurs aides à la rénovation énergétique existent dans notre région. Des aides plus nombreuses qu’on ne le croit.

Les aides à la rénovation énergétique sont multiples mais ne sont pas pour tous. Contrairement à celles de l’Etat, comme Ma Prime Rénov ou la Prime énergie accessibles au plus grand nombre, les conditions d’accès aux aides locales sont très strictes.

Le plus souvent, seuls les ménages modestes, voire très modestes, sont concernés. Pour deux personnes, par exemple : les revenus annuels ne doivent pas excéder 27 896 euros, très précisément.

Le type de travaux ou l’ancienneté du logement entrent également en compte.

Les aides de la région et des départements

Citons d’abord, l’AREEP, l’Aide Régionale aux Économies d’énergie pour les Particuliers. Un chèque de 4 000 euros, pour les seuls foyers très modestes.

Pour en bénéficier, deux conditions principales : mettre en place au moins deux types de travaux. Par exemple : l’isolation des murs ET de la toiture. Le gain énergétique doit alors atteindre au moins 40 %.

Il n’y pas que la région, les départements et les collectivités locales aussi offrent un coup de pouce.

Plusieurs dispositifs s’ajoutent en complément des aides nationales.

Il existe des aides dans la lutte contre l’insalubrité des logements, jusqu’à 50 % du montant des travaux hors taxes en Loire-Atlantique, dans la limite de 10 000 euros.

Citons aussi, le financement de l’étude énergétique préalable aux travaux. C’est ce que proposent Nantes métropole ou le conseil départemental du Maine-et-Loire.

La Vendée a fait un autre choix. Celui de l’Eco-pass : une aide forfaitaire de 3 000 euros minimum pour les primo-accédants qui réalisent des travaux de rénovation énergétique dans un logement ancien.

La bonne nouvelle, c’est que l’ensemble des aides est cumulable.

Les aides de l'Etat

Ma prime rénov’, cette aide financière de l’Anah (Agence nationale de l’habitat) est accessible à tous les propriétaires, peu importe les revenus. Certaines collectivités abondent cette aide pour les foyers.

La Prime énergie, dite Coup de pouce chauffage et isolation, et qui permet de financer jusqu'à 100 % de vos travaux d'économies d'énergie. Même les locataires y ont droit.

Enfin, il est possible d’obtenir un éco-prêt à taux zéro, ou des avantages fiscaux pour financer ces travaux.

En complément des aides nationales, il existe aussi des aides des collectivités territoriales, il s'agit le plus souvent d'une prime complémentaire de l’aide de l’Anah. Enfin, pour tout conseil, particuliers et entreprises peuvent contacter l’ADEME. L’association ORACE accompagne, quant à elle, les entreprises dans la maîtrise de leur consommation d’énergie.

Une hausse de 12,6 % pour le gaz et 12% pour l'électricité

Les tarifs réglementés du gaz appliqués par Engie à près de 3 millions de foyers français vont augmenter de 12,6% TTC au 1er octobre, a annoncé le 29 septembre dernier la Commission de régulation de l'énergie (CRE).
    
"Cette évolution résulte de la hausse, historique, des prix du gaz sur le marché mondial", a-t-elle souligné. Elle fait suite à une série d'importantes hausses mensuelles.

Les tarifs réglementés de l'électricité devraient connaître une nouvelle hausse "aux alentours de 12%" en début d'année prochaine, a indiqué jeudi 30 septembre la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili.

Le gouvernement va limiter la prochaine hausse prévue des prix de l'électricité, qui doit avoir lieu en février 2022, à 4%, a annoncé le Premier ministre Jean Castex dans la foulée.
    
Déclinant sa proposition de "bouclier tarifaire", qui inclut un blocage des prix du gaz jusqu'en avril 2022, Jean Castex s'est également engagé à une revalorisation du chèque énergie, qui a remplacé en 2018 les tarifs sociaux du gaz et de l'électricité.

Il est versé sous condition de ressources pour aider 5,8 millions de ménages modestes. Son montant moyen est de 148 euros par ménage. Un chèque exceptionnel de 100 euros sera alloué en décembre pour faire face à l'augmentation actuelle des prix de l'énergie. 

Nos sources

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.