"Faut dire 200 000" : le chiffre fantaisiste de Bruno Retailleau au rassemblement du Trocadéro lui a été soufflé

Publié le Mis à jour le
Écrit par Cécilia Sanchez

Le sénateur vendéen Bruno Retailleau et coordinateur de la campagne de François Fillon, a assuré dimanche que 200 000 personnes étaient réunies au Trocadéro pour soutenir le candidat Les Républicains. Un chiffre exorbitant, qui lui a été soufflé par un proche, d'après une séquence vidéo.

Le sénateur vendéen Bruno Retailleau est prêt à tout pour soutenir son champion. Même à répandre des fausses informations, des intox très virales. D'abord celle sur les 200 000 militants réunis, le 5 mars, au Trocadéro, pour soutenir François Fillon. L'estimation, plutôt exagérée, a été très vite démontée.

Guerre des chiffres

La place, qui fait entre 21 000 et 32 000 m², ne peut accueillir que 45 000 personnes. En calculant 3,5 personnes au m², sous des parapluies, la place du Trocadéro peut accueillir 59 892 personnes. 







Si les images fournies par l'équipe de campagne montrent une foule large et compacte, celles réalisées par les médias, à partir d'autres angles, dévoilent une place bien plus parsemée.









Beaucoup se demandaient d'où Bruno Retailleau, coordinateur de la campagne de François Fillon, tirait ces chiffres fantaisistes. Une séquence vidéo dénichée par "Quotidien", l'émission de Yann Barthès sur TMC, révèle que c'est Jérôme Chartier, le conseiller spécial de François Fillon, qui lui a soufflé ce chiffre, juste avant qu'il commence son discours. "Faut dire 200 000", répète-t-il. Et le député s'exécute, sans savoir que les micros étaient restés ouverts.





200 000 puis 300 000 militants selon le sénateur

Un peu plus tard, sur Twitter, il n'y avait pas 200 000, mais 300 000 militants !





Mardi, il a récidivé au micro de Jean-Jacques Bourdin sur Europe 1, en soutenant François Fillon, qui a assuré qu'une rumeur sur le suicide de son épouse, mercredi 1er mars, avait tourné en boucle sur les chaînes de télévision. Ce qui est faux, comme le relève "Le Lab politique". Bruno Retailleau a fini par le reconnaître, mais termine par une pirouette : "Qui ça va choquer, franchement ?", a-t-il répondu. Certainement beaucoup de monde, si l'on en croit l'émoi suscité par sa réplique sur les réseaux sociaux.



 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité