L'A831 pourrait être une 4 voies entre Fontenay-le-Comte en Vendée, et Rochefort en Charente-Maritime

Le bout du tunnel peut-être pour le projet d'autoroute entre Fontenay-le-Comte, en Vendée, et Rochefort, en Charente. Il avait été abandonné en 2015 mais pourrait finalement renaitre sous la forme d'une 2x2 voies.

Des camions, des voitures et encore des camions. Cela fait des années que les villages traversés par la départementale reliant la Vendée à la Charente-Maritime subissent un trafic incessant.

Depuis 16 ans, les gouvernements et les responsables locaux promettent une autoroute aux habitants. Sans aucune avancée. Jusqu'à perdre sa déclaration d'utilité publique en 2015. 

Résultat un trafic sans cesse croissant et une route dégradée à certains endroits. 
Alain Leboeuf, le président du conseil départemental de Vendée, l'a bien compris : il n'y aura pas d'autoroute. Mais il s'engage à commencer la construction d'une nouvelle départementale, pour contourner les villages et sécuriser la route.

"Il nous faut une voit beaucoup plus fluide, explique Alain Leboeuf, une voie qui ne tombe pas dans un goulot d'étranglement qui est Marans, une voie qui permette effectivement, quand on part à La Rochelle, d'être rassuré. Qu'on soit un particulier avec sa voiture, ou qu'on soit un professionnel avec son camion".

Mais les contraintes sont fortes. Selon France Nature Environnement, une route mal conçue pourrait bloquer l'écoulement de l'eau dans le marais poitevin.

"Le risque c'est de contraindre encore plus le cours des eaux, explique Yves Le Quellec, président FNE Vendée, si on réduit les zones d'écoulement, on aggrave la situation d'exposition au risque d'inondation".

Le projet ne sera présenté qu'en février prochain. Et il faudra encore bien des années avant de voir les camions quitter Marans.

Ce projet a été lancé après l'abandon en 2015 du projet d'autoroute A 831 entre l’autoroute A83 (Nantes-Niort) au niveau de Fontenay-le-Comte, en Vendée, et l’autoroute A837 (Rochefort-Saintes) au niveau de Rochefort, en Charente-Maritime.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
transports économie