Vendée : un député LREM accusé d'avoir proféré une insulte sexiste à l'Assemblée Nationale

Pierre Henriet, député La République en Marche de la cinquième circonscription de Vendée, est accusé d'avoir insulté lors d'une séance à l'Assemblée Nationale la député La France Insoumise du Val de Marne Mathilde Panot.

Pierre Henriet, député de Vendée.
Pierre Henriet, député de Vendée. © Jean-Marc Lalier, France 3 Pays de la Loire

Quiconque a assisté aux débats à l'Assemblée Nationale, a pu constater que l'ambiance y est parfois digne d'une classe de mauvais élèves. Ce que les micros ne retransmettent pas à la télévision est audible du spectateur qui peut être surpris de voir autant de "légèretés" dans les commentaires. Et il arrive que la "légèreté" fasse place aux insultes.

C'est ce qu'a dénoncé la député du Val de Marne Mathilde Panot.

L'élue de La France Insoumise  affirme avoir été traitée de "poissonnière" ce mardi soir lors d'une séance par un député qu'elle a identifié comme étant Pierre Henriet, élu de Fontenay-le-Comte, en Vendée.

 

"Il y a trop de sexisme à l'Assemblée nationale"

 "Ce n'est pas une question personnelle. C'est notre institution qui ne doit pas laisser passer ça. Il y a beaucoup trop de sexisme à l'Assemblée nationale", a-t-elle affirmé auprès de l'AFP en témoignant pour d'autres collègues féminines.  "Je rappelle qu'il y avait eu des bêlements lors d'une prise de parole de la députée Alice Thourot (LREM) ou que mes collègues Clémentine Autain (LFI) et Elsa Faucillon (PCF) avait été traitées de "petites connes" par le député Meyer Habib (UDI)".

Mathilde Panot demandé dans un courrier adressé au président de l'Assemblée Nationale une sanction contre Pierre Henriet. Contacté par l'AFP, ce dernier n'a pas fait de commentaire.

  "Si je veux faire ce rappel au règlement, précise Mathilde Panot qui dit être soutenue par plusieurs collègues y compris LREM, c'est parce que je crois qu'il est important que notre Assemblée ne laisse pas passer ce genre d'insulte sexiste. Je défendrai chacun des collègues parlementaires qui sont victimes de sexisme",

De son sôté, le député vendéen a tout de même répondu via son compte twitter. "@MathildePanot passe son temps à vociférer à la tribune et à couper la parole, écrit-il. J’étais excédé et mon propos n'est en rien une injure encore moins sexiste, c’est une expression pour dénoncer son comportement comme je le fais aussi pour ses collègues masculins."


 "Si elle se sent à tort insultée, je la prie de bien vouloir m'excuser, ajoute-t-il. Au passage, je remercie ses camarades insoumis pour les centaines d'insultes dont ils me couvrent - de quel côté donc est le mépris ?"
    

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique