253 personnes sont mortes par noyade en France cet été, quatre chiffres pour comprendre ce phénomène

253 personnes sont décédées par noyade entre le 1er juin et le 20 août 2023. Le système national d’observation de la sécurité des activités nautiques (SNOSAN), chargé de récolter ces données en partenariat avec Santé Publique France, vient de publier son dernier bilan. Voici quatre chiffres pour vous aider à mieux comprendre ce phénomène.

253 morts, un chiffre stable par rapport à 2021

D’après ces résultats, le nombre de décès est en baisse par rapport à 2022 (335 morts), mais stable par rapport à 2021 (232 morts). Il faut relever que l’année dernière, les conditions météorologiques avaient été favorables à la baignade pendant la quasi-totalité de l’été. Le risque de noyade avait donc été amplifié, et la saison s’était révélée particulièrement meurtrière. Cela a moins été le cas cette année, probablement, d’après le SNOSAN, grâce à une météo moins clémente sur une partie du territoire entre le 1er juin et le 20 août.

9 noyades sur 10 concernent les adultes

En France, les décès par noyade concernent en grande majorité les adultes : 89% des victimes cet été étaient majeures. 226 adultes contre 27 enfants. Ces proportions sont stables par rapport aux années précédentes. Mais adultes et enfants ne sont pas victimes de noyade aux mêmes endroits : les mineurs décèdent le plus fréquemment par noyade dans les piscines privées. Les adultes, eux, sont plus exposés au risque de noyade en mer : 45% de leur décès par noyade surviennent en mer, contre 16% en piscine privée.

La majorité des décès à l'intérieur des terres

La répartition régionale du nombre de décès par noyades n’a pas été rendue publique par le SNOSAN. Cependant, l’organisme a classé ses données par groupes de régions.

Ainsi, on apprend que c’est à l’intérieur du territoire français (Auvergne-Rhône-Alpes, Centre-Val-de-Loire, Île-de-France, Grand-Est, et Bourgogne-Franche-Comté), que la majorité des décès est survenue, avec 71 morts. Plus de la moitié de ces accidents mortels se sont produits dans des cours d’eau.

En seconde position de ce macabre palmarès, la côte sud-est (PACA, Occitanie, Corse) a enregistré 66 décès. Cette fois-ci, pour plus de la moitié d’entre eux, ils sont survenus en mer, sur la côte méditerranéenne. Il est intéressant de noter que c’est sur la côte sud-est que le nombre de décès en piscine privée est le plus important. Ce chiffre est lié, selon le SNOSAN, à la présence importante de piscines privées dans le sud de la France.

La côte sud-ouest Atlantique arrive quant à elle en avant-dernière position, derrière la côte nord-ouest (Bretagne, Normandie, Hauts-de-France), mais devant l’Outre-mer. Dans les régions Pays-de-la-Loire et Nouvelle-Aquitaine, 37 noyades mortelles ont été enregistrées entre le 1er juin et le 20 août. Un chiffre deux fois moins important qu’à l’intérieur des côtes. 16 de ces décès sont survenus en mer.

3 décès directement liés aux baïnes

Le SNOSAN souligne la dangerosité des baïnes, et rapporte que ces courants, particulièrement présents sur la côte Atlantique, sont à l’origine de trois décès cet été. L’organisme précise toutefois que ce chiffre est "vraisemblablement sous-estimé". Pour éviter tout accident, le SNOSAN rappelle qu’il est primordial de respecter les consignes de sécurité et les interdictions de baignade, signalées sur les plages surveillées.

Mesures de précaution pour limiter les risques

Dans son bilan, le SNOSAN insiste sur la nécessité de poursuivre la prévention sur le risque de noyade. Voici quelques consignes à respecter pour limiter les risques :

  • Les enfants doivent être surveillés de manière active et permanente avant et pendant la baignade. Les parents sont incités à ne jamais quitter des yeux leurs enfants, à les accompagner dans l’eau lorsqu’ils sont petits, et à surveiller un seul enfant par adulte. Aussi, il est recommandé de familiariser les enfants au milieu aquatique dès leur plus jeune âge, par exemple grâce aux cours de bébés nageurs, jusqu’à 3 ans. L’apprentissage de la nage est recommandé dès 6 ans.

  • Les adultes sont invités à respecter les consignes de sécurité et interdictions de baignade, ainsi qu’à privilégier les zones de baignade surveillée. Avant de se baigner, il est recommandé de se renseigner sur la météo, prévenir un proche, éviter toute consommation d’alcool, et rentrer dans l’eau progressivement pour éviter les chocs thermiques. Enfin, si vous ressentez un trouble physique, il est plus prudent de reporter votre baignade.

Le SNOSAN rappelle qu'il n’est jamais trop tard pour apprendre à nager.

Précision

Dans ce bilan, seules les noyades ayant entraîné la mort de la victime sur le lieu de l’accident ont été comptabilisées. Du fait de l’absence d’information sur la prise en charge hospitalière, les personnes décédées après leur transfert à l’hôpital ne sont pas recensées.