"L'arbre était sain" : étouffé par la canicule un chêne asséché se fend en deux place de la Vendée à la Roche-sur-Yon

Publié le Mis à jour le

En raison de la sécheresse estivale et des récents épisodes caniculaires, le tronc d’un chêne d’Amérique a perdu sa résistance et s’est fendu ce mercredi 20 juillet, entre 17h et 17h30 place de la Vendée. L'incident n'a fait aucun blessé.

La sécheresse et les températures extrêmes de ces derniers jours ont eu raison du chêne séculaire. L'arbre n'a pas résisté. Le tronc s'est littéralement fendu. 

Les services techniques de la Ville sont intervenus rapidement sur les lieux de l’incident pour commencer le travail d’évacuation des morceaux de l’arbre tombés.

C'est un arbre sain. Il a été diagnostiqué comme tel et suivi. Une taille de bois a été faite il y a quinze jours. Les fibres de bois se sont sans doute rétractées du fait de la chaleur. Il y a une déshydratation au niveau des fibres

Anthony Lucas

Les techniciens de la ville ont été secondés par les pompiers pour réaliser une coupe de l’arbre à 50% "afin de réduire les risques de chutes supplémentaires dû au déséquilibre du sujet. Une déviation a été mise en place pour la circulation des automobilistes". Cette dernière sera effective jusqu’à la fin de l’intervention.

Une seule voiture emboutie, pas de blessé

Les agents de la police nationale sont arrivés simultanément pour sécuriser le périmètre. Aucun blessé n’a été répertorié. Le bilan matériel fait état pour le moment d’une seule voiture emboutie par la chute de l’arbre.

Les agents de la collectivité sont à nouveau présents  sur site  ce jeudi 21 juillet pour une nouvelle sécurisation du lieu.

"Un diagnostic du patrimoine arboré est en cours au sein des services techniques de la ville de la Roche-sur-Yon", précise ce jeudi 21 juillet la mairie. Cette opération a été mise en place avec l'Office National des Forêts. 

"Si on regarde la structure de l'arbre, rien ne pouvait prédire ce déchirement. On ne peut pas détailler la structure complète de l'arbre même si lors des contrôles il y a des tests visuels et sonores du spécimen. S'il doit y avoir une vérification supplémentaire on fait appel à un prestataire qui vient faire une cartographie de l'arbre." , explique Anthony Lucas.

Le patrimoine arboré contrôlé chaque jour

Maillet en main, Tony Chauvière, technicien arboriste, cogne fort sur un tronc : "Là je suis en train de faire le test sonore. Je tape sur les contreforts, sur la base de l'arbre pour savoir s'il sonne creux, savoir s'il y a des défaillances ou des problèmes. Là il y a un très bon son. Donc aucun soucis. On fait comme ça tout le tour. Et on fait tous les arbres" 

Les arbres en ville ne sont pas plus fragiles qu'en forêt. Dans un contexte urbain, ils sont traités de façon individuelle et non comme un collectif. En revanche ils sont fortement contraints

Alexandre Martin

Office National des Forêts

Planté en ville, un arbre a une durée de vie écourtée

"En ville un spécimen a une duré de vie écourtée : 80 ans ans au lieu de plusieurs centaines d'années. Il faut donc l'entretenir puisqu'ils n'est pas dans son milieu naturel. Il doit s'adapter à un environnement qui n'est pas le sien. Quand on perçoit un défaut, il faut rapidement le traiter, notamment pour des questions de sécurité", ajoute Alexandre martin.

En milieu urbain le seul risque pour un arbre c'est l'homme

Alexandre martin

Office National des Forêts

Au vu des conditions climatiques extrêmes et du bon état de santé du chêne un tel accident était donc totalement imprévisible.