Déconfinement : à La Roche-sur-Yon, des masques et des questions

Depuis samedi 9 mai, La Roche-sur-Yon distribue des masques aux habitants. Les couleurs et les tissus provoquent réactions et commentaires, notamment sur les réseaux sociaux. La ville répond. 

Des masques, hauts en couleur. Efficaces ou pas?
Des masques, hauts en couleur. Efficaces ou pas? © Damien Raveleau
Si d’aventure votre journée est un peu grise, penchez-vous sur les masques de La-Roche-sur-Yon : il y a de la couleur !  Et pas seulement sur la photo. Depuis samedi, des bénévoles effectuent une grande distribution et sur la page Facebook de la Ville, les commentaires vont bon train. Cela va du remerciement sincère, aux mots parfois moins aimables. Il y a de quoi lire. 

"Merci aux bénévolesPar contre j'ai beaucoup de doute, sont-ils réellement aux normes car ils ressemblent plus à un bout de chiffon qu'à une protection" , Jérôme Paquier - internaute. 

"Grand mystère... J'ai récupéré un masque...Bleu. Très étonnée de sa conception. Moi, ça me va, très confort. Mais faudrait être raccord sur les obligations pour l'efficacité. Savoir si ces masques sont homologués. Youpi, j'ai de quoi en faire avec mes maillots de bain ! ",  Christine Basle - internaute
 

Des matières qui posent question

On touche, en partie, un bout du problème : la matière de certains masques n'est pas étrangère à cette histoire. Du tissu qui ressemble comme deux gouttes d’eau à celui utilisé pour les bikinis. Alors ? 

“Ces masques distribués proviennent de deux commandes” précise la mairie de La Roche-sur-Yon "une première réalisée en collaboration avec la Ville et l’Agglomération des Sables d’Olonne auprès d’une entreprise vendéenne de Saint-Julien-des-Landes. Cette entreprise, spécialisée dans la réalisation de linges et de tissus de maison, s’est reconvertie pendant la période de confinement dans la confection de masques tissus.  La deuxième commande s’est faite en partenariat avec le Département de la Vendée, issue d’un pool d’entreprises vendéennes et de l’ouest”. 

Soit, mais qu’en est-il de leur homologation ?
Prenons d’abord le masque bleu ou masque en tissu épais. Selon le site de la mairie de La Roche-sur-Yon, il est réalisé à l'aide d'un tissu épais 275 gr/m2, composé de 96% polyamide et 4% élastane.

Ce type de masque de catégorie UNS1 a été homologué par la Direction Générale de l'Armement, la DGA, dont la fiche technique est fournie ici  avec ce commentaire - d'importance- à la 3e page : “Il est rappelé que la DGA ne valide pas le design des masques”.

Reste à savoir si maintenant les utilisateurs sont rassurés... 


Conformes ou pas?

Concernant les masques avec plis, la mairie insiste sur la fait qu'ils sont conformes à la norme AFNOR SPEC S76-001. Bien. Mais l'interrogation pointe quand on se retrouve sur le site  de l'AFNOR (Association française de normalisation), qui précise : "Les entreprises qui fabriquent des masques en tissu peuvent s’appuyer sur le document AFNOR Spec – Masques barrières pour lancer leur fabrication". Cepandant"AFNOR ne réalise pas d’homologation ni de tests en propre et ne propose pas aujourd’hui de certification de produit".

A cette question, la mairie nous renvoie ceci : " Les masques fournis sont, pour certains conformes à la norme AFNOR SPEC S76-001, et pour d’autres homologués par la Direction Général de l’Armement ".
Pour les masques tissus, c'est donc conforme, mais pas homologué. 


Les twittos yonnais s'emballent

A peine livrés, déjà décriés, la twistosphère yonnaise s'est vite enflammée, elle aussi, après les premières distributions.  Bien consciente des réactions sucitées, la Ville a tenu à faire une mise au point ce mardi 12 mai sur son site :
"Les masques distribués par la ville sont déstinés aux seules personnes saines ne présentant pas les symptômes d'une infection virale et n'étant pas en contact avec des personnes présentant de tels symptômes. Ils ne sont pas déstinés à être utilisés par les personnels soignants au contact des patients".

"Ce ne sont pas des dispositifs médicaux"

"Ce ne sont ni des dispositifs médicaux, ni des équipements de protection individuelle de type FFP2". Conformément à la note d'information interministérielle du 29 mars 2020 relative aux nouvelles catégorie de masques réservées à des usages non sanitaires, les matériaux utilisés présentent une perméabilité à l'air ainsi que des performance en éfficacité", précise le communiqué de la mairie.

"Le masque constitue une mesure complémentaire des gestes barrières et des règles de distanciation sociale, essentiels à la lutte contre lesinfections virales. Il n'éxonère absolument pas le porteur de l'application de ces consignes. En cas de détection de tout dommage du masque(usure, déformation...) celui-ci doit être considéré comme non conforme. Toute protection usagée ou détériorée doit être jetée dans une poubelle fermée, munie d'un sac plastique", conclut la municipalité.

La ville de la Roche-sur-Yon avait prévu la distribution de 56 000 masques. 37 000 ont déja été gratuitement distribués. A mettre au crédit de la commune : le coût varie entre 2,85 et 3,80 euros hors taxe par masque. Un budget pris en charge par la collectivité et l'État. L'idée étant "d'amorcer le système et de permettre à chaque habitant de se protéger, le temps que des masques soient disponibles en magasins".

En attendant, à la Roche-sur-Yon, le masque a beau couvrir la bouche, ça n'empêche pas de faire causer. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus santé société déconfinement polémique réseaux sociaux
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter