• faits divers
  • sport
  • société
  • économie
  • football
  • Insolite

La Roche-sur-Yon : cultiver sa terre avec un cheval , tout un apprentissage !

Le tractage équin, une pratique ancestrale qui revient / © France 3 Pays de la Loire
Le tractage équin, une pratique ancestrale qui revient / © France 3 Pays de la Loire

Travailler la terre, grâce à la force des animaux : une pratique agricole en plein essor, économique, écologique et une énergie inépuisable ! Le haras national de la Roche-sur-Yon forme au tractage équin.

Par Karine Langlais

Des agriculteurs ont décidé de travailler leur terre, non pas avec un tracteur, mais à l’aide d’un cheval. Pour cela, une formation au tractage d’animaux est nécessaire car manier une bête dans les champs, cela ne s’improvise pas.

En Vendée, au haras national de la Roche-sur-Yon, Laurent Richard est formateur. Il livre quelques conseils à ses stagiaires, "il faut du calme et une voix apaisante.Pas question de crier".
Deux semaines de formation sont nécessaires. Il faut apprendre à manier et soigner l’animal.

Mais cela ne décourage pas, bien au contraire : le tractage est en plein essor en France. C’est le choix qu’a fait Julien Charrier, par souci économique et écologique .

Dans un an, il s’installera comme maraîcher. "Par rapport à un tracteur, le coût d'achat est moindre, il n'y a pas de pétrole à mettre dedans, pas d'assurance" explique Julien Charrier, stagiaire.
 
Compter entre 5 et 7 000 euros pour votre cheval dressé, mais l’investissement vaut le coup pour le respect de la terre et un travail au rythme de l’animal.
tractage équin en Vendée


Un peu d’histoire


On estime que l'homme a commencé à atteler des bovins durant le IVe millénaire av. J.-C. Dans les pays industrialisés, l'utilisation des animaux de trait a fortement régressé depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Si, en France, aujourd’hui l’utilisation d’un équidé est complémentaire du tracteur, dans les pays moins avancés, comme l’Afrique subsaharienne, la traction animale est toujours d’actualité.

D’après la FAO (l'organisation pour l'alimentation et l'agriculture), plus de 400 millions d’animaux participent à cette fourniture d’énergie dans l’agriculture, à travers le travail du sol et les transports.

Sur le même sujet

La marche des migrants s'est achevée par un vaste contrôle d'identité

Les + Lus