A La Roche-sur-Yon, des défenseurs de l'instruction en famille tentent de faire valoir leurs arguments

Ils étaient une petite poignée ce samedi en début d'après-midi sur la place Napoléon, à La Roche-sur-Yon, pour défendre le droit d'instruire les enfants en famille, hors de l'école. Une possibilité mise à mal par la loi sur les "valeurs républicaines".

Pas vraiment une manifestation, plutôt un point d'information du public sur la réalité de l'instruction en famille.
Pas vraiment une manifestation, plutôt un point d'information du public sur la réalité de l'instruction en famille. © France Télévisions Christophe François

Une petite dizaine de personnes ont bravé le mauvais temps ce samedi en début d'après-midi à la Roche-sur-Yon pour venir à la rencontre des passants, Place Napoléon. 

Membres du Collectif Instruire en Famille en Pays de Loire, ces personnes dénoncent la loi dite contre les séparatismes et rebaptisée loi pour le respect des principes de la République.

Car, dans son article 21, cette loi interdit l'instruction en famille afin de lutter contre certaines dérives sectaires ou religieuses. Même si le texte prévoit des dérogations, celles-ci sont très restrictives.

Présent lors de ce rassemblement, le député MoDem de la 1ère circonscription de Vendée Philippe Latombe estime que l'instruction en famille ne présente pas de risques particuliers et est une liberté à défendre.

"Je suis au départ très loin de ce sujet-là mais à la lecture de l'exposé des motifs de l'article 21, dit-il,  je n'ai pas compris et, quand je ne comprends pas, j'essaye de creuser. Surtout quand ça touche à quelque-chose qui ressemble à de la liberté. Je me souviens, petit, avoir entendu parler du combat sur l'école libre qui avait fait du bruit à l'époque et c'est quelque-chose qui était une liberté. Ça avait été défendu sous ce principe-là. Pour moi, l'article 21 touche à la liberté et nécessite que le législateur que je suis s'y intéresse."

Philippe Latombe député MoDem de Vendée
Philippe Latombe député MoDem de Vendée © France Télévisions

Il y a déjà dans la loi, estime le député, tous les garde-fous nécessaires pour éviter les dérives. Philippe Latombe a été de ceux qui ont proposé des amendements en commission spéciale pour la suppression de l'article 21.

"Je pense que c'est parti d'une grosse crainte, ajoute le député MoDem, c'est de se dire qu'il y a des enfants qui ne sont pas instruits par l'école et qui, du coup, n'avaient pas les valeurs de la République, qu'en instruction en famille on pouvait faire une sorte d'endoctrinement sur un certain nombre de sujets. Je pense que c'est un fantasme. Il y a une volonté de l'Education Nationale de reprendre la main sur la totalité de l'éducation en France."

 

"Ça me fait peur que l'école devienne obligatoire"

Myriam est professeur en collège et pourtant, elle et son compagnon ont fait le choix de faire l'instruction en famille pour leurs enfants. "Nous, on prend du plaisir à passer du temps avec nos filles à la maison, raconte cette maman de deux filles. Elles ont l'air de bien s'épanouir. On s'arrange pour qu'elles voient du monde régulièrement. On voit qu'elles progressent bien. Ça me fait peur que l'école devienne obligatoire puisque ça nous ferait renoncer à ce mode de vie. J'ai peur que leur envie d'apprendre s'éteigne." 

Ce deuxième week-end pour la liberté d'instruction prévoyait différents rassemblements de ce type dans la région, à Nantes, au Mans, Angers et Châteaubriant.

Le Collectif Instruire en Famille en Pays de Loire est composé des associations "Instruire en Famille en Pays de Loire", "Les Inst'Enfantastiques" et "Enfants par Nature" ainsi que de collectifs départementaux.

voir le reportage

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
éducation société