Vendée : à l'hôpital de La Roche-sur-Yon, le service de réanimation frôle la saturation, des déprogrammations envisagées

24 cas de Covid-19 en réanimation au plus fort de la première vague au CHD de Vendée, 21 ce mercredi, le service s'approche de la saturation mais reste en lien avec les autres centres hospitaliers de la région en cas de besoin.

On est proche des chiffres du printemps 2020 au service de réanimation du CHD Vendée en matière de patients Covid.
On est proche des chiffres du printemps 2020 au service de réanimation du CHD Vendée en matière de patients Covid. © France Télévisions

Si le service n'est pas encore saturé, il s'approche néanmoins des chiffres d'occupation du printemps 2020.

A cette époque, le CHD de Vendée, à La Roche-sur-Yon, avait dû pousser les murs pour disposer de plus de lits de réanimation. De 18 lits de base, l'établissement était passé à 49 lits.

Pour cela, on avait repoussé l'ouverture du centre d'hémodyalise et investi ces lieux qui sont contigus au service de réanimation.  Un bloc opératoire avait également été transformé.

 

21 lits occupés sur 25

Au plus fort de la crise, le CHD Vendée, seule structure disposant de lits de réanimation dans le département, avait accueilli 24 patients Covid en réa, les autres lits de ce service étant occupés par des patients de l'activité courante. Ils ne restait alors que quelques lits de libres.

Ce 31 mars 2021, 21 des 25 lits de réanimation aujourd'hui disponibles sont occupés par des patients Covid. Seul le fait que l'activité courante soit moins élevée permet de ne pas atteindre la saturation de ce service.

 

Des déprogrammations à venir

Si ces chiffres devaient encore augmenter, l'établissement pourra transférer des patients dans des réanimations d'autres centres hospitaliers des Pays de la Loire. 

"Il y a un suivi des lits de réanimation sur toute la région" nous explique-t-on au CHD Vendée qui n'avait, ce mercredi matin, pas encore déprogrammé d'opérations mais la situation pourrait évoluer rapidement.

En effet, questionnées à ce sujet, l'Agence Régionale de Santé dit avoir demandé à tous les établissements des Pays de la Loire de s'organiser pour déprogrammer au moins 20 % de l'activité chirugicale.

Ce jour, dans la région, sur 261 lits de réanimation, 130 sont occupés par des patienst Covid.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société