Noirmoutier : il y a 50 ans le pont reliant l'île au continent était inauguré

Le 7 juillet 1971, l’Île de Noirmoutier était reliée au continent par un pont de 600 mètres au-dessus de l’océan. Ce pont a changé la vie de ses habitants et transformé durablement l’économie de l’île.
Le pont de Noirmoutier a été inauguré le 7 juillet 1971
Le pont de Noirmoutier a été inauguré le 7 juillet 1971 © Images GC Drone Vision pour France 3 Pays de la Loire

Entre La Barre-de-Monts et Barbâtre, le pont de Noirmoutier, long de 583 mètres, relie le continent à l’île depuis cinquante ans. A l’époque, c’est un véritable bouleversement dans la vie des Noirmoutrins.

Gilles et René, deux anciens de l’île, se souviennent encore parfaitement de ce mois de juillet 1971.

Il était ouvert ! On s’est dit qu’est ce que c’est bien de pouvoir être libre, être un Français comme tout le monde !

Fini de compter les heures avant l'arrivée de la marée basse pour pouvoir emprunter la route du Gois, finie l'attente. Pour les Noirmoutrins, ce pont, c'est un peu plus de liberté.

C’est un bénéfice énorme dont on a hérité

Dès l'ouverture, un péage est mis en place, puis supprimé en juillet 1994. Depuis, iliens et touristes sont toujours plus nombreux à emprunter ce pont. Certains aiment aussi le parcourir à pied pour profiter d'un panorama extraordinaire.

"C’est un point de vue extrêmement intéressant parce qu’on a une vue à 360 degrés à 33 mètres de hauteur", explique Nicolas Pilorin, guide au village vacances des Quatre-Vents à Noirmoutier. "D'ici, on voit aussi bien l’île de Noirmoutier que le port de Fromentine et aussi l'immensité de la forêt des Pays-de-Monts". 

En 2020, 2 millions 800 000 passages ont été comptabilisés sur le pont, jusqu'à 10 000 les jours de pointe, de quoi relancer l'idée d'un péage sur le pont, sujet tabou et toujours latent.

"Cela fait polémique dans la population. On en parle depuis des années, mais on n’aborde pas le sujet", confirme Dominique Chantoin, président de la Communauté de communes de l'île de Noirmoutier. Il est convaincu que le sujet doit être abordé. "Il faut répondre à une demande de la population. Je n’ai pas d’état d’âme sur le sujet".

Si le pont de Noirmoutier est devenu l’épine dorsale de l'île, il a aussi apporté ses travers. Aujourd'hui, 67% des logements sont des résidences secondaires et la pression immobilière et foncière est très forte, provoquant une pénurie de logements abordables.

L'enjeu des prochaines années sera donc de permettre aux jeunes actifs de résider sur l’île pour empêcher qu’elle ne se vide petit à petit de ses habitants.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
tourisme économie