VIDÉO. Golden Globe Race : Kirsten Neuschäfer devient la première femme à remporter une course autour du monde en solitaire

Elle est la seule femme à avoir pris le départ de la course, mais elle est surtout une navigatrice hors pair. La Sud-Africaine Kirsten Neuschäfer est arrivée en tête de la Golden Globe Race 2022 jeudi 27 avril au large des Sables-d'Olonne.

C'est une épreuve considérée comme l'une des plus difficiles de la voile que vient de remporter avec brio Kirsten Neuschäfer, après presque 8 mois passés sur les mers et océans.

La navigatrice a franchi la première la ligne d'arrivée de la Golden Globe Race (GGR) ce jeudi à 21h43 et 47 secondes aux Sables-d'Olonne sur son voilier Minnehaha. 

Elle achève ainsi une course de plus de 45 000 km sur l'eau.

La chose qui m'a le plus impressionnée durant cette aventure ? Votre accueil ici ce soir aux Sables-d'Olonne. Merci beaucoup c'est incroyable !

Kirsten Neuschäfer

Gagnante de la Golden Globe Race 2022

durée de la vidéo : 00h00mn11s
Kirsten Neuschäfer est accueillie au port des Sables-d'Olonne. ©France Télévisions / Quentin Carudel

À 40 ans, elle devient la première femme à gagner la course autour du monde en solitaire, sans escale, sans assistance, et sans technologie moderne de navigation. 

Je voulais gagner, tout court, non pas en tant que femme. Je ne voulais pas être dans une catégorie séparée mais concourir à égalité avec tous les skippers.

Kirsten Neuschäfer

Gagnante de la Golden Globe Race

Le parcours de la skippeuse force le respect. Elle a longtemps brigué la seconde place de la compétition après son départ le 4 septembre 2022.

durée de la vidéo : 00h00mn40s
La navigatrice sabre le champagne sur son bateau pour fêter la victoire. ©France Télévisions / Quentin Carudel

Le 18 novembre, elle déroute pour porter secours à son concurrent finlandais Tapio Lehtinen, naufragé dans l'océan Indien. 

Cette incroyable aventurière a marqué la course en sauvant la vie d'un concurrent et naufragé Tapio Lehtinen.

Communication de la Golden Globe Race

Le sauvetage lui fait perdre son avance, mais elle dispose d'une compensation de 23 heures. Non contente, elle remonte le classement, prouvant ses qualités de skippeuse.

Le 15 février, elle prend la tête de la course et passe le cap Horn avec 300 miles d'avance sur son dauphin. Elle est la première femme à avoir passé cette étape en tête d'un tour du monde en solitaire.

La navigatrice fait partie des trois derniers concurrents en lice, sur 16 au départ, avec l'Indien Abhilash Tomy et l'Autrichien Michael Guggenberger, mais conserve son avance jusqu'à la ligne d'arrivée. 

Navigatrice expérimentée et déterminée

Kirsten Neuschäfer est pugnace, et pas du genre à se plaindre des intempéries et de la casse que lui font subir les vagues. Sur Twitter, son équipe raconte qu'elle "a parfois besoin que quelqu'un lui dise de dormir et de manger autre chose que de la crème glacée".

Elle est aussi et avant tout une professionnelle de la voile depuis 2006, réalisant des transferts et des livraisons de voiliers par la mer. 

La navigatrice a aussi participé à plusieurs expéditions pour le compte du navigateur Skip Novak, notamment "dans la péninsule antarctique, en Patagonie et aux Malouines", peut-on lire sur le site de la GGR.

Elle a amené plusieurs équipes de tournage de la BBC ou de National Geographic sur l'île de Géorgie du Sud, au large de la Patagonie, en Amérique du Sud. 

Aventurière dans l'âme

La Sud-Africaine semble avoir l'aventure dans le sang. À l'âge de 22 ans, elle décide de quitter l'Europe à vélo pour rentrer chez elle en Afrique du Sud au terme d'un périple de 15 000 km parcourus sur un an.

Avant la GGR, la plus longue navigation de Kirsten Neuschäfer en solitaire avait été une livraison du Portugal à l'Afrique du Sud "avec seulement une girouette comme autoguidage, sur un vieux sloop de 32 pieds en ferrociment qui nécessitait beaucoup d'entretien".

Sa participation à la course "à l'ancienne", avec un bateau construit avant 1988 (comme le demande le règlement), et des conditions de navigation calquées sur celles de 1968 n'était donc pas étonnante.

L'arrivée victorieuse aux Sables-d'Olonne couronne de succès son parcours sans faute et donne à la voile une nouvelle héroïne de la course au large en solitaire autour du monde. 

Avec Quentin Carudel