Vendée Globe 2020 : "avarie de quille majeure" pour Sébastien Destremau

Ce mardi matin, Sébastien Destremau a alerté la direction de course du Vendée Globe pour lui signaler une "avarie majeure de quille". Bateau et skipper sont hors de danger.
Sebastien Destremau, victime d'une avarie de quille sur Merci
Sebastien Destremau, victime d'une avarie de quille sur Merci © Sebastien Destremau / Merci
Sébastien Destremau, le skipper de Merci,  a signalé ce mardi matin 24 novembre une "avarie majeure de quille".
Il a indiqué à la direction de course du Vendée Globe qu'il n'était pas en danger.
    
Le skipper se situait dans le pot au noir (zone de convergence intertropicale) quand il a alerté la direction de course.
    
Agé de 56 ans, Sébastien Destremau participe à son deuxième tour du monde en solitaire après avoir été le dernier à boucler la précédente édition du Vendée Globe en 124 jours (2016/2017).

Son bateau construit en 2005 par la chantier Artech do Brasil, a déjà participé au Vendée Globe en 2016/2017, skippé par Conrad Colman. Le skipper australien avait bouclé le tour du monde sous gréement de fortune.
    
Les organisateurs ont précisé que Destremau se trouvait "sur la route de Clément Giraud (Compagnie du Lit/Jiliti) et de Ari Huusela (Stark), pas tellement loin d'Alexia Barrier", quand il a signalé son important problème.
    
Depuis le départ de la neuvième édition du Vendée Globe le 8 novembre, seul un abandon a été enregistré, celui de Nicolas Troussel (Corum L'Epargne) après un démâtage au large du Cap-Vert le 16 novembre.  

Dalin en tête, Thomson rétrograde

Charie Dalin a creusé l'écart avec Thomas Ruyant. Le skipper d'Apivia devance de 37 milles celui de LinkedOut) au classement de 8 heures ce mardi matin. Jean Le Cam, à la troisième place, pointe à 181 milles du leader.

Alex Thomson, dont le bateau a été victime d'une avarie structurelle est à la 8e place de ce même classement.

Sur une vidéo dans laquelle il fait le point sur les réparations, le skipper de Hugo Boss montre la structure avant du bateau où l'on peut voir "une poutre longitudinale (qui) s'est cassée en plusieurs endroits".

Pour réparer, le Gallois a, à son bord, "des plaques, du carbone, des panneaux et même des poutres". Il se trouve actuellement au milieu de l'anticyclone de Sainte-Hélène, "les conditions sont donc idéales pour faire ce boulot et l'autre bonne nouvelle c'est que je suis super positif, j'ai hâte de faire ces réparations pour revenir dans la course".
Celui qui était l'autre grand favori de la course avec Thomson, Jérémie Beyou ferme la marche. Il se trouve actuellement au large de l'Afrique après avoir dû rebrousser chemin dès les premiers jours de course, victime de multiples avaries sur son Imoca.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
vendée globe sport voile mer nature