Vendée Globe 2020 : " J’ai fait un arrêt buffet", Maxime Sorel a tapé un OFNI

C'est au tour de Maxime Sorel, le skipper de V and B - Mayenne, de connaître des déboires sur cette 9e édition du Vendée Globe. Son Imoca a, semble-t-il, heurté un objet flottant non identifié.
Le V and B - Mayenne de Maxime Sorel
Le V and B - Mayenne de Maxime Sorel © Jean-Marie Liot/Alea
La nuit dernière, le V and B - Mayenne a très certainement rencontré un OFNI, un objet flottant non identifié, alors qu'il faisait route au large de l'archipel du Cap-Vert à une vitesse de 15 noeuds.

"J’ai fait un arrêt buffet. Mon voilier a tapé sur quelque chose alors que j’étais en train de vider un ballast, a expliqué Maxime Sorel, son skipper, toutes les affaires à bord ont bougé. Une voile, qui était sur le pont, a fait un saut de 3 mètres. J’ai, tout de suite, tout inspecté en étant en liaison avec mon équipe à terre'. A priori, plus de peur que de mal pour le Malouin de 34 ans, "même si ma quille fait un peu de bruit" a-t-il poursuivi, précisant que le capuchon de son réservoir de gasoil "a explosé. J’ai passé beaucoup de temps à laver et j’ai maintenant un peu mal à la tête", en raison des effluves de carburant.

"Le vent est rentré progressivement cette nuit, a poursuivi Maxime Sorel, c’est maintenant assez engagé avec 16 à 19 nœuds de vent dans les alizés. Il y a des poissons volants qui s’écrasent sur le pont et je vais avoir quelques belles heures de glissade à belles vitesses. Cela fait plaisir d’être là où je suis après plus d’une semaine de course". 
Maxime Sorel, au départ du Vendée Globe 2020, le 8 novembre dernier
Maxime Sorel, au départ du Vendée Globe 2020, le 8 novembre dernier © Jean-Marie Liot/Alea
Depuis le début de course, le skipper de V and B - Mayenne a connu quelques pépins sur son Imoca, mais, a-t-il précisé, "mon pilote automatique est réparé, ma latte de grand-voile changée". Il a même pu faire un apéro Skype avec sa compagne dimanche soir.

Au classement de 8h UTC ce lundi matin, Maxime Sorel pointait à la 15e place du classement, à 423 milles d'Alex Thomson, l'homme de tête.

La nuit passée, c'est le bateau de Nicolas Troussel, Corum L'Epargne, qui a démâté, contraignant son skipper à abandonner la course.Jérémie Beyou, de retour depuis samedi aux Sables d'Olonne, annoncera ce lundi 16 novembre s'il pourra ou non repartir dans les délais.



 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
vendée globe sport voile mer nature