Vendée Globe 2020 : le calvaire de Stéphane Le Diraison, "au bord de la crise de nerfs"

Stéphane Le Diraison a confié ce mercredi matin être "au bord de la crise de nerfs". Le skipper de time for Oceans affronte actuellement des conditions météo particulières dans l'Océan Indien.
Stephane Le Diraison sur Time For Oceans
Stephane Le Diraison sur Time For Oceans © Stephane Le Diraison / Time For Oceans
Au classement de ce mercredi matin 8h UTC, Stéphane Le Diraison est 16e de ce Vendée Globe 2020. Le navigateur a confié lors de la vacation de 5h être "au bord de la crise nerfs", vivant "un véritable calvaire".

J’ai l’impression d’être puni sur ce Vendée Globe, tous les pièges me tombent sur la gueule

 - Stéphane Le Diraison

"Cette dépression est insupportable. Je suis au bord de la crise de nerfs !, a-t-il expliqué,  je suis au bord de la dépression avec ‘Cali’ (Arnaud Boissières), il y a 4 mètres de vagues et 4 nœuds de vent. On se fait massacrer, on n’avance pas : ça roule, ça tape… En plus d’être super lent, c’est extrêmement désagréable comme conditions. Le ciel est gris, bouché, la mer ne ressemble à rien... Je n’ai jamais eu une pétole avec de telles conditions".

Il y a des montagnes d’eau qui s’abattent sur le bateau qui ne peut même pas avancer, les voiles se battent dans tous les sens. J’ai vraiment l’impression de vivre une punition ce matin.

Le skipper a dû naviguer au près, affrontant un vent d'est dans le grand sud, lui donnant l'impression "de faire le tour du monde à l'envers". "Tout est tordu niveau météo", poursuit Stéphane Le Diraison.

"Ça fait déjà longtemps que j’ai fait mon deuil d’être dans la course parce que les conditions étaient tellement défavorables derrière et tellement favorables devant que dès les premiers jours, il y a eu une scission quasi-irrattrapable, dit-il, j’avais fini par en faire mon deuil mais j’espère qu’après ces conditions désagréables la suite sera plus sympathique.

Statistiquement, ce n’est pas possible d’avoir que le pire. À un moment ça va s’améliorer, en tout cas je l’espère !

"À l’instant, il vient d’y avoir une vague énorme qui est passé, décrit le skipper, sans vent, c’est impressionnant parce que le bateau est impuissant dans sa trajectoire et qu’il y a une espère de masse de plus de 4 mètres... On se croirait à Hawaii ! La suivante est belle aussi. Je crois que je n’ai jamais vu ça, autant de vagues avec si peu de vent".

Vacation Le Diraison 9 décembre 2020

Depuis le début de course, Stéphane Le Diraison a vu tous "les passages à niveau" se refermer. "Dès le 2e front, le 3e jour, tous les passages à niveau se sont refermés. L’anticyclone des Açores m’est retombé dessus, un hémisphère sud avec un alizé où je suis ressorti au près dans du vent assez faible avec des grains, l’anticyclone de Sainte-Hélène qui me bloque une 1ère fois puis qui se reconstitue sur moi et là une dépression tropicale…"

Un enchaînement défavorable qui attaque le skipper au moral après trente jours passés en mer alors qu'en tête de course Charlie Dalin mène toujours la flotte devançant Thomas Ruyant de 278 milles au classement de 8h UTC ce mercredi. Louis Burton complète le podium, talonnant Ruyant. Yannick Bestaven n'est pas loin à 20 milles de Burton.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
vendée globe sport voile mer nature