Vendée : 126 communes placées en zones à risque particulier à l'influenza aviaire hautement pathogène

L'influenza aviaire, c'est la grippe des oiseaux pour faire simple, la maladie  progresse depuis l'est de l'Europe, par précaution, le ministère de l'Agriculture a décidé de relever le niveau de vigilance, en Vendée, 126 communes sont particulièrement concernées.

La menace de l'influenza aviaire plane sur les communes littorales de la Vendée
La menace de l'influenza aviaire plane sur les communes littorales de la Vendée © Pascal Broquart / MAXPPP
Le virus influenza aviaire hautement pathogène H5N8 qui progressait depuis la Russie et le Kazakhstan, a été détecté le 20 octobre sur deux cygnes tuberculés aux Pays-Bas.

Ces cas alertent sur le risque d’introduction en France à partir de la circulation du virus dans les couloirs de migration empruntés par les oiseaux sauvages. Le Ministre de l’agriculture a décidé de relever le niveau de risque d’introduction du virus influenza de "négligeable" à "modéré" en France métropolitaine.

Depuis le 26 octobre 2020, cette décision s'applique sur tout le territoire de la Vendée :
La préfecture de Vendée recommande de prendre les mesures complémentaires suivantes :
La carte des 126 commune de Vendée concernées par les mesures de vigilance à l'influenza aviaire
La carte des 126 commune de Vendée concernées par les mesures de vigilance à l'influenza aviaire © Préfecture de Vendée


Par ailleurs, pour les  126 communes vendéennes situées en zones à risque particulier (ZRT), c’est-à-dire abritant des zones humides fréquentées par les oiseaux migrateurs (cela correspond au marais breton, à la frange littorale et au marais poitevin), des mesures de prévention supplémentaires sont rendues obligatoires : 
Environ 15 % des élevages professionnels vendéens sont concernés par ces mesures particulières.

L’influenza aviaire hautement pathogène est une maladie animale infectieuse, virale, très contagieuse qui affecte les oiseaux. À ce jour, la France est indemne d’influenza aviaire.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
grippe aviaire agriculture économie