Vendée : Les agriculteurs s'organisent pour faciliter la reprise des exploitations

Selon l’ORES, les Pays de la Loire comptaient 31 100 en 2013, alors qu’elles étaient au nombre de 80 000 environ en 1990. Ici, une exploitation agricole vendéenne vue du ciel. / © MAXPPP
Selon l’ORES, les Pays de la Loire comptaient 31 100 en 2013, alors qu’elles étaient au nombre de 80 000 environ en 1990. Ici, une exploitation agricole vendéenne vue du ciel. / © MAXPPP

L'agriculture fait face à de nombreux défis et notamment celui des départs à la retraite. En Vendée, la profession prend le problème à bras-le-corps et s'organise ,lors de réunions d'informations, pour garantir une bonne transition entre le départ des futurs retraités et l'installation des jeunes.

Par Valentin Pasquier

Aujourd'hui, si Clément Chasseriau fait visiter son exploitation c'est surtout pour partager son expérience. Il est l'un des deux agriculteurs du GAEC de la Ramée, au Boupère en Vendée, qu'il a repris début 2015. Ce tout jeune exploitant sait que l'installation n'est pas forcément facile.
 
« Aujourd’hui, on est là pour faire réfléchir les jeunes sur la reprise d’exploitation, présente le jeune agriculteur. Ils vont reprendre des capitaux, ça ne va pas forcément être facile pour eux tous les jours. On est là pour les accompagner, les aider, mais aussi les laisser prendre leur place ».

Un visite pour passer le relais

La visite de l’exploitation s’est doublée d’une réunion d'information, réunissant dans une grange des étudiants en bac professionnel agricole et et des agriculteurs prochainement retraités. L'idée, c'est bien sûr de donner envie aux plus jeunes de mettre le pied à l'étrier malgré les difficultés. Les questions sont nombreuses et les doutes sont là.

Les agriculteurs vendéens s'organisent pour faciliter la reprise des exploitations
Intervenants : Clément Chasseriau et Patricia Perrocheau, exploitants agricoles au GAEC la Ramée ; Joël Ferret, producteur laitier. - France 3 Pays de la Loire - Reportage : Stéphanie Pasgrimeau et Damien Raveleau. Montage : Marie-Catherine Georgelin.

« Le facteur humain, c’est très important, explique Patricia Perrocheau, aussi exploitante agricole à la Ramée. Il faut apprendre à se connaître, bien se connaître. On travaille ensemble tous les jours, donc c’est important ». « S’il faut faire un an de plus, on fera un an de plus, en sachant s’il y a quelqu’un derrière, ajoute Joël Ferret. Lui est producteur de lait. « S’il n’y a personne, ce sera comme beaucoup de structures : l’exploitation sera démantelée. On sait très bien que c’est compliqué. »
 
En Vendée, quand quatre agriculteurs partent à la retraite, seulement un jeune s'installe. En cause, le financement de l'installation : une exploitation coûterait en moyenne 250 000 euros. Selon l’ORES, les Pays de la Loire comptaient 31 100 en 2013, alors qu’elles étaient au nombre de 80 000 environ en 1990. Cette baisse de près de 60% a touché en particulier les petites exploitations.

 

Sur le même sujet

L'éléphant de Nantes en maintenance

Près de chez vous

Les + Lus

Nouveau !Abonnez-vous aux alertes de la rédaction et suivez l'actu de votre région en temps réel

Je m'abonne