VIDEO. Bretignolles-sur-Mer, en Vendée : l'ancienne colonie occupée par des opposants au port détruite

L'ancienne colonie a été totalement rasée ce mardi matin 21 janvier 2020. Les engins de chantier étaient sur site dès 6heures / © Damien Raveleau-France Télévision
L'ancienne colonie a été totalement rasée ce mardi matin 21 janvier 2020. Les engins de chantier étaient sur site dès 6heures / © Damien Raveleau-France Télévision

La préfecture de Vendée annonce ce mardi matin 21 janvier, l'évacuation de l'ancien centre de vacances de France Télécom de Brétignolles-sur-Mer. Le site est occupé depuis le 31 décembre par des opposants au projet de port de plaisance.

Par Céline Dupeyrat

Après s'être installé à la ferme de la Normandière et avoir squatté les locaux d'une association, des opposants au projet de port de plaisance à Bretignolles-sur-Mer avaient investi une ancienne colonie de vacances de France Télécom depuis le 31 décembre dernier.
 

Une intervention suite à une décision de justice

Ce mardi matin 21 janvier, la préfecture de Vendée annonce l'évacuation du bâtiment et précise que les forces de l'ordre agissent suite à une décision de justice.
Christophe Chabot, le maire de Brétignolles-sur-Mer avait saisi le tribunal de Grande Instance des Sables d'Olonne en décembre dernier.
Les premiers occupants s'étaient installés sur la dune le la Normandelière, sur le site qui doit accueillir le futur port de plaisance le 7 octobre dernier.
Selon l'un de nos journalistes présent sur place, des moyens très importants ont été engagés. Encadrée par des gendarmes mobiles mobilisés en nombre, l'opération de destruction des locaux de l'ancienne colonie, commencée à 6 heures du matin n'était toujours pas  terminée au lever du jour.

Un zadiste croisé sur le terrain npous a confirmé que "les occupants avient été prévenus lundi soir et qu'ils avaient quitté les lieux après avoir pris des photos afin de prouver qu'il n'avaient pas dégradé les locaux".
L'intervention a commencé dès ce mardi matin 21 janvier. Le dispositif est très important. Des engins de chantiers détruisent l'ancienne colonie de France Télécom. Les forces de l'ordre quadrillent le site. / © Damien Raveleau-France Télévisions
L'intervention a commencé dès ce mardi matin 21 janvier. Le dispositif est très important. Des engins de chantiers détruisent l'ancienne colonie de France Télécom. Les forces de l'ordre quadrillent le site. / © Damien Raveleau-France Télévisions

 La zone de la dune inaccessible et sécurisée par les forces de l'ordre


A priori, il n'y avait aucun occupant sur place ce mardi matin lorsque les forces de l'ordre sont arrivées sur site. Tous les bâtiments ont été rasés. A 8 heures, Il ne restait plus que des gravats mais l'opération était toujours en cours. Elle s'est terminée en fin de matinée.
"On avait pris ces lieux par nécessité d'accueillir du monde à un moment. Cette nécessité n'est plus d'actualité. Ils sont juste en train de casser du béton pour remettre du béton, salement, comme des promotteurs et des amoureux du béton. Nous on a la dune qui est encore là et on sera toujours sur place pour la protéger", témoigne un autre zadiste. 

"On s'est dit qu'il se passait quelque chose"


"Je viens d'apprendre cette nouvelle. On a entendu cette nuit vers 6 heures du matin des bruits. Ma femme s'est levée. Il y avait semble-t-il un hélicoptère. On a supposé que c'était du côté des zadistes. Cela fait assez longtemps qu'ils sont là, donc on s'est dit il se passe quelque chose. Est-ce qu'ils sont en train de les évacuer? On ne savait pas excatement. Je déplore cette situation on ne sait pas la tournure que ça va prendre. Pour nous, comme pour les vacanciers ce n'est pas une bonne image de marque pour la commune. Si ça dure jusqu'à l'été ça peut être très dommageable. En revanche je ne vois pas pourquoi on a détruit, il suffisait de bloquer l'accés. Je ne vois pas l'intérêt de détruire comme ça", témoigne un autre habitant.

"Il y a d'autres moyens pour lutter"

"Moi je trouve ça tout à fait logique que les bâtiments aient été évacués. Et puis il y a d'autres moyen pour lutter que d'installer une Zad sur un site touristique", commente un riverain.

"Vous avez des zadistes qui sont là et qui n'ont jamais emmerdé personne. Ils sont corrects. alors évidemment c'est un bordel, c'est pas reluisant. Quand on dit qu'ils font du mal pour les vacanciers...je dis que le maire en a fait beaucoup plus quand il a supprimé le lac qui était juste là sur la zone. 5 ans qu'il a été supprimé! Moi les zadistes ils ne dérangent pas!" s'emporte un autre habitant.

Christophe Chabot n'a pour l'instant pas souhaité s'exprimer. Nicolas Clos, un élu de l'opposition de Bretignolles-sur-Mer qui milite contre le projet de port depuis longtemps, dénonce pour sa part l'installation d'une Zad : "C'est un concept anti républicain. Et moi je pense que l'on ne pourra atteindre notre objectif, à savoir l'abandon du projet, que dans un cadre républicain", estime-t-il.


La zone de la dune est, ce mardi, inaccessible et "sécurisée" selon la préfecture qui n'a pas souhaité nous confirmer que le site de la Normandelière pourrait lui aussi être évacué. Tous les accès au site sont bloqués mais pour l'instant aucune opération ne semble programmée.

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus