• faits divers
  • sport
  • société
  • économie
  • football
  • Insolite

Vendée : l'équipe cycliste Direct Energie sur le podium des grimpeurs du Paris-Nice

© SEBASTIEN NOGIER/EPA/Newscom/MaxPPP
© SEBASTIEN NOGIER/EPA/Newscom/MaxPPP

Fabien Grellier et Jérôme Cousin se sont hissés en haut du tableau toute la compétition, mais seulement sur le sprint. Ils ont rapporté deux maillots à pois à leur équipe, la vendéenne Direct Energie. Résultat, le premier arrive en bas du podium des grimpeurs, et le second le frôle. 

Par Cathy Dogon

L'espagnol Marc Soler remporte la Paris Nice 2018 en 30h et 22min. Le premier français arrive en 8e position. Ils s'agit d'Alexis Vuillermoz, de l'AG2R La Mondiale. 

Les Pays de la Loire ne sont pas représentés sur les 20 premiers coureurs du classement général, mais une équipe de la région s'est fait remarquer sur la grimpe. 

Direct Energie a fait plusieurs performances remarquées au long de la Paris-Nice. Ses deux sprinters, Jérôme Cousin et Fabien Grellier ont chacun ramené le maillot à pois sur deux étapes consécutives. 

Fabien Grellier a remporté le maillot du meilleur grimpeur sur la Paris-Nice ce vendredi entre Sisteron et Vence. / © SEBASTIEN NOGIER/EPA/Newscom/MaxPPP
Fabien Grellier a remporté le maillot du meilleur grimpeur sur la Paris-Nice ce vendredi entre Sisteron et Vence. / © SEBASTIEN NOGIER/EPA/Newscom/MaxPPP

Sur la 6e étape, entre Sisteron et Vence, Fabien Grellier avait remporté le maillot à pois pour ses 198km. Il a cumulé 31 points sur les 1 199km de la course. C'est 6 de plus que son coéquipier.

Maillot à pois pour Jérôme Cousin lors de la 5e étape. / © SEBASTIEN NOGIER/EPA/Newscom/MaxPPP
Maillot à pois pour Jérôme Cousin lors de la 5e étape. / © SEBASTIEN NOGIER/EPA/Newscom/MaxPPP

Jeudi, le nantais Jérôme Cousin avait remporté le maillot du meilleur grimpeur de la 5e étape du Paris Nice. Il avait parcouru à toute allure les 165km qui séparent Salon-de-Provence de Sisteron. Il a confié à l'AFP : 

Je savais que j'avais les jambes pour gagner à ce niveau mais j'ai souvent joué de malchance. Je reviens de loin, l'an dernier j'ai eu une trentaine de jours de course, je n'ai pas pu courir pendant huit mois. Cela m'a permis d'améliorer mon index au golf (sourire). Quand je suis revenu à la hauteur de Politt sur la dernière ascension, j'avais de grosses crampes et j'ai bien vu qu'il était très fort sur le plat. Alors j'ai décidé d'en faire le minimum... Je suis généreux et je me suis fait tellement avoir dans des échappées. Il y a dix jours, je ne savais pas que j'allais faire Paris-Nice. Je suis le denier homme de la sélection. Le maillot à pois (de meilleur grimpeur) était l'objectif de la journée. La victoire, c'est la cerise sur le gâteau." 


Son échappée a été comparée à "un chat jouant avec sa victime". "Ce n'est pas de cette manière que j'aime gagner mais je suis tellement généreux qu'à force de se faire avoir..." avait-il alors rétorqué.
 

Sur le même sujet

Nantes : le samedi 6 avril 2019, la vidéo de manifestants pris au piège d'une "nasse" fait polémique

Les + Lus