• faits divers
  • sport
  • société
  • économie
  • football
  • Insolite

Vendée: feu vert pour la création contestée du port de Brétignolles-sur-mer

© NC
© NC

Deux arrêtés préfectoraux autorisant la création d'un port de plaisance à Brétignolles-sur-mer ont été signés, a annoncé ce mercredi 17 juillet la préfecture de Vendée. Ce nouvel équipement, censé répondre à la saturation des ports vendéens, est critiqué par des associations environnementales.

Par GS, avec AFP

"Le préfet de la Vendée a, d'une part, déclaré ce projet d'utilité publique et, d'autre part, autorisé le projet au titre (...) du code de l'environnement par arrêtés du 16 juillet", a indiqué la préfecture dans un communiqué.

Une demande d'utilisation du domaine public maritime et une demande de création de port ont également été validées et "seront signées avant la fin de la semaine", a-t-elle ajouté, soulignant que les procédures d'instruction du dossier étaient arrivées "à leur terme".

Le projet de port de plaisance est porté depuis 2015 par la communauté de communes du Pays de Saint-Gilles-Croix-de-Vie qui prévoit de l'implanter dans la station balnéaire de Brétignolles-sur-mer. Il avait été soumis à une enquête publique en 2018.
Estimé à environ 30 millions d'euros, cet équipement bénéficierait d'une exploitation mutualisée avec celle des ports de Saint-Gilles-Croix-de-Vie.   
    "Le port de Brétignolles viendra compléter le maillage des ports de plaisance vendéens en reliant les ports du nord et du sud du département. Sa capacité d'environ 1.000 anneaux apportera une réponse au déficit en places de port constaté en Vendée", indique la Ville de Brétignolles-sur-mer sur son site internet, entrevoyant la création d'une centaine d'emplois.

La commune avait d'abord tenté de porter seule le projet, mais avait échoué à recueillir les avis favorables nécessaires.
Le futur port de plaisance est dans le collimateur de plusieurs associations environnementales, qui dénoncent le choix du site, à savoir des terres agricoles sur le secteur dit de "la Normandelière". 

L'association La Vigie avait déposé en juin un recours, non suspensif, contre le plan local d'urbanisme, se disant prête à mener "une lourde bataille juridique".
Ce projet de port artificiel va, selon elle, "contre les règles et la loi littoral et contre les directives de protection de la nature et de l'environnement".
© France 3 PdL
© France 3 PdL
Dans un communiqué, Christophe Chabot, maire de la commune et président de la communauté de communes du Pays de Saint Gilles Croix de Vie évoque ce projet validé comme "le premier port à impact environnemental positif." 

Dans ce même communiqué, l'élu ajoute "que les associations environnementales (...), doivent changer de logiciel et accepter l’idée qu’il est possible de construire un avenir écologique moderne qui conjugue développement et protection de l’environnement.
Nous invitons aujourd’hui tous ceux que la construction d’un avenir exemplaire intéresse à nous rejoindre pour co-piloter cette exemplarité.
Nous avons désormais pour devoir de mener ce projet ensemble!
A cet effet, la communauté de communes proposera rapidement une réunion de travail avec FNE, le CPNS, la LPO et les autres organismes qui, jusqu’à ce jour, n’ont jamais accepté de nous recevoir, afin de surmonter nos désaccords et envisager sereinement l’avenir de notre territoire."


De son côté "Surfrider Foundation Europe" dénonce "une décision à contre-courant".

L'association "déplore la décision du Préfet de la Vendée autorisant le lancement du projet de port artificiel à Brétignolles-sur-mer et ce, malgré le recours gracieux déposé le 18 Juin dernier. L'association entend désormais porter l'affaire en justice aux côtés des autres associations opposées au projet."

Sur le même sujet

La marche des migrants s'est achevée par un vaste contrôle d'identité

Les + Lus