Vendée : il (p)répare des valises pour une seconde vie

A chaque voyage, elles sont trainées, poussées, jetées, portées... Les valises subissent, année après année, nos voyages. En Vendée, à la Verrie (Chanverrie), Sébastien en répare près de 1500 chaque mois. Grâce à lui, la valise est entrée dans une économie circulaire, plus vertueuse.
En Vendée, les valises sont réparées ou recyclées
En Vendée, les valises sont réparées ou recyclées © france 3 pays de la loire

La commune de Chanverrie, à La Verrie, compte 4000 habitants et bientôt presque autant de valises. Dans son atelier, Sébastien Vogel tente de les réparer pour prolonger leur espérance de vie. Dépoussièrage des tubes, roulette changée... un coup de dégrippant, Sébastien osculte chaque valise depuis 11 ans.

Les pièces détachées, il en récupère des milliers chez les fabricants. Ainsi, il redonne une seconde jeunesse à près de 1500 bagages chaque mois. Sébastien nous le démontre : "On a des roulettes neuves qui ont été démontées et récupérées sur des valises neuves. Pour celle-ci par exemple, je ne vais prendre que la partie roue. Le reste sera recyclé : le plastique aux déchets plastiques, le rivet à la ferraille. Je vais pouvoir réparer cette valise qui a 10 ans."

Rien ne se perd, tout se récupère !

Et Sébastien Vogel va plus loin, car avec lui, la valise est entrée dans le marché de l'économie circulaire. Quand elle n'est pas réparable, la valise est désossée pour en récupérer les pièces ou la matière : plastique, acier, aluminium… "Pour cette vieille valise," démontre-t-il, "on va retirer les housses, on va retirer les roulettes, on va retirer les curseurs, on va retirer les fermetures éclairs. Ça va nous permettre de récupérer des pièces détachées.

Quant à la coque en plastique rigide, c'est recyclage à 100%. 

Le tissus, conclut-il, il sera soit proposé sur notre site internet pour remplacer des housses intérieures, soit on le confie à des associations locales de couturières.

Sur son site internet, Sébastien Vogel vend des pièces détachées. Grâce à des tutos, il permet, également,  de réparer soi-même sa valise.

Quant aux pièces introuvables, il utilise l’imprimante 3D : “Pour les valises plus anciennes, celles qui sont chargées d'émotion, l'impression 3D peut nous permettre de recréer la pièce manquante et redonner vie à cette valise. Vous voyez celle-ci, pour une quinzaine d'euros, elle a échappé à la destruction.” 

Des compagnes de voyages qui vont pouvoir retrouver les tarmacs d'aéroports, les coffres de voiture ou les quais de gares...

 

ne jeter pas vos valises



 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie environnement