• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

L'affaire Berrebouh devant les assises des Bouches-du-Rhône

Medhi Berrebouh
Medhi Berrebouh

Le drame avait fait grand bruit en 2009, quand un véhicule avait foncé sur un groupe à la sortie d'un établissement de nuit, à Marseille, et entraîné le mort d'un homme.

Par Muriel Gensse

Ce mercredi 7 novembre, après 3 jours de procès, l'avocate générale a requis 12 ans de réclusion criminelle, à l'encontre du conducteur du véhicule. Le verdict est attendu dans la soirée.  


Les faits

Le 7 mars 2009, au petit matin, une bagarre éclate devant le Métal Café, une discothèque marseillaise, entre un homme ivre et un groupe de jeunes gens. Un 4.4 fonce sur le groupe. Ahmed Chikaoui est écrasé. Question, le conducteur, Medhi Berrebouh, a-t-il agi délibérement ? 
Les avocats de la famille Chikaoui-Belladj / ©
Les avocats de la famille Chikaoui-Belladj / ©

La thèse des avocats de la victime

Oui, selon les avocats de la famille de la victime, l'accusé a jeté délibérement sa voiture sur le groupe. "La thèse de l'accident est une position insuportable pour les familles et les proches de la victime". "Ces faits sont de nature criminelle et absolument pas des faits involontaires" déclare Jean Boudot, l'un des avocats de la famille Chikaoui-Belladj . 

La thèse des avocats de la défense

Medhi Berrebouh conteste avoir délibérement foncé sur le groupe et précise ne rien avoir senti en roulant sur le corps de la victime. "L'accusé a voulu écarter le véhicule de la bagarre. Il a du traverser la foule et a heurté une personne qui était au sol sans le faire exprès" précise Pierre Bruno, l'un des avocats de Mehdi Berrebouh.
Accusé d'assassinat puis de meurtre, Mehdi Berrebouh comparaît finalement devant la cour d'assises des Bouches-du-Rhône, pour violence volontaire ayant entrainé la mort.
Les avocats de Mehdi Berrebouh / ©
Les avocats de Mehdi Berrebouh / ©

La question des témoins

Sur les 11 témoins convoqués, 4 seulement sont venus déposer à l'audience. Des témoins, "favorables aux parties civiles qui auraient pu apporter des explications sur le déroulement des faits", explique Sandrine Pauzano, l'avocate de la famille Chikaoui-Belladj. Les avocats de la défense affirment que des pressions ont été exercées sur les témoins et soupçonnent des manoeuvres de la part de l'accusation pour déstabiliser le jury. 

Pour Luc Febbraro , l'un des avocats de Mehdi Berrebouh, "les témoignages disent à peu près tout, et le contraire de tout, et nous avons en revanche des éléments objectifs qui établissent parfaitement ce qui a pu se passer".

Affaire Berrebouh - 1ere journée
Affaire Berrebouh - 1ere journée

Affaire Berrebouh - 2eme journée
Affaire Berrebouh - 2eme journée

 

Sur le même sujet

Les évacués de la rue d'Aubagne

Les + Lus