Marseille, un homme exécuté de plusieurs balles devant un bar

La victime , dont on ignore l'identité, avait 18 ans et était inconnue des services de police. Le jeune homme a été tué vers 5h du matin devant le bar La Madrague chemin de La Madrague Ville dans les quartiers Nord. Il a été atteint par plusieurs balles de 9mm

Par Marc Civallero

Un homme a été abattu de plusieurs balles dans les quartiers nord. La victime dont on ignore encore l'identité, a été tué devant un bar ce dimanche peu après 5h00. Le jeune homme sortait du bar-restaurant où se déroulait une fête d'anniversaire, quand il a été touché de trois balles au thorax et à la cuisse . L'auteur des coups de feu mortels a tiré à cinq reprises avant de prendre la fuite en voiture. La victime avait 18 ans et était inconnue des services de police. Le jeune homme a été transporté à l'hôpital Nord par des proches, où il est décédé vers 6h00 .

Un autre homme d'une vingtaine d'années, connu des services de police, a également été blessé au bras dans cette affaire. Il s'est présenté comme victime collatérale, expliquant aux policiers qu'il se rendait simplement à ce café au moment des faits.

Selon une source policière, évoquant le profil de la victime, ainsi que le mode opératoire qui ne s'apparente pas à un guet-apens, caractéristique des règlements de comptes

ça ne ressemble pas, à priori, à un règlement de comptes traditionnel






La procureur adjointe de Marseille, Catherine Alexandre a précisé

L'origine de cet homicide provient peut-être d'un événement qui se serait produit durant cette soirée anniversaire, c'est une hypothèse

De source proche de l'enquête, on indique aussi que le tireur, présent lors de cette fête, aurait eu un différend d'ordre privé avec la victime.
les investigations ont été confiées par le parquet à la brigade criminelle de la Police Judiciaire, déjà en charge de nombreux homicides par armes à feu de ce type



Reportage

Olivier Chartier-Delègue et Louis Aubert

DMCloud:127395
Marseille, un homme exécuté de plusieurs balles

La maire PS du secteur, Samia Ghali, a réagi

C'était un enfant, c'est dramatique, on a l'impression que les armes sont partout, qu'elles circulent librement, qu'elles incitent à se sentir plus fort. On ne peut laisser s'installer le sentiment que ne pas posséder d'armes, c'est être faible!

Sur le même sujet

Les + Lus