Les Bouches-du-Rhône : championne des vols de voitures

C'est le département où il y a le plus de vols de voitures. Selon l'étude de l'hebdomadaire Autoplus, les Bouches-du-Rhône détiennent le record du nombre de voitures volées en France.

Par Karine Bellifa

Le chiffre fait mal aux statistiques. Selon une enquête d’Auto Plus parue lundi, le département des Bouches-du-Rhône détient le peu convoité titre de "champion" des vols de voitures. D’après l’hebdomadaire, qui s'appuie sur des chiffres du ministère de l’Intérieur d’octobre 2012 à septembre 2013, la hausse de véhicules dérobés atteint les 10 %. En moyenne, 4,5 voitures sont volées pour 1000 habitants.

À Marseille, le risque est quinze fois plus important qu’en Lozère, mais le chiffre est à mettre en perspective. Sur un an, la hausse est de 2 % dans toute la France, soit 113 112 vols. Une évolution en partie expliquée par la flambée des "vols électroniques", explique Auto Plus. Muni d’un ordinateur, le malfaiteur se branche sur la prise diagnostique de l’automobile pour démarrer le moteur. "Avec Internet, il est facile de se procurer le matériel", confie un concessionnaire présent au Salon de l’auto à Marseille.

Gare au vol à la portière

De plus en plus répandus, les vols électroniques sont surtout l’apanage de "spécialistes", explique Jérémie Mantia-Picano, formateur à l’association Automobile Club Provence. "La plupart des vols relatés par nos membres concernent surtout des car-jacking ou des vols à la portière." Une douloureuse expérience vécue par Dominique l’an passé près de la Timone. "J’étais arrêté à un feu rouge, en fin de journée. Deux types en scooter qui voulaient s'emparer de ma voiture m’ont mis une arme en joue. Heureusement, des marins-pompiers sont intervenus pour les faire fuir."

Des vols violents qui ne sont pourtant pas infaillibles. Conseiller commercial pour une marque de voiture allemande, Julien souligne que de plus en plus de ses clients s’équipent désormais de traceurs GPS. "Au moins 40 % d’entre eux l'utilisent", souligne-t-il. À peine plus grand qu’un téléphone portable, il se cache dans n’importe quelle partie du véhicule et permet de l’immobiliser à distance. Reste le coût : au moins 1 200 euros pour une utilisation pendant trois ans.

Sur le même sujet

Les + Lus