SNCM: une bouée de 13 millions d'euros accordée par Transved

L'actionnaire Transved, filiale de Véolia, accorde un crédit de 13 millions d'euros à la SNCM. L'avenir de la compagnie est en jeu à la veille du conseil de surveillance et du vote de l'assemblée de Corse sur les obligations de service public.

 Le conseil d'administration de la filiale de Véolia a voté à l'unanimité cette rallonge

 "afin de permettre à cette dernière de faire face à ses échéances de trésorerie à court terme"


Selon le groupe, '"aucun autre soutien financier ne pourra être apporté à la SNCM".

Ce crédit arrive dans le cadre de la conciliation ouverte par le Président du Tribunal de Commerce de Marseille, le 11 octobre, afin de favoriser le recouvrement des
sommes dues à la SNCM par des tiers, notamment la Collectivité territoriale de Corse", précise Transdev.
 Transdev avait pris le 14 juin "l'engagement conditionnel" de verser 30 millions d'euros à la SNCM avant la fin de l'année, et en avait déjà versé 17 millions.
Selon le groupe, "des éléments nouveaux intervenus depuis cette date (...) dégradent les perspectives de redressement de la SNCM", qui compte 2.600 salariés.
Deux holdings d'investissement, Alandia et FinActive, ont indiqué mercredi à l'AFP qu'elles envisageaient de regarder le dossier de la SNCM afin d'entrer au capital, si l'État règle le différend avec Bruxelles, qui réclame à la compagnie 440 millions d'euros d'aides.

Selon une source proche du dossier, un armateur français associé à un armateur du nord de l'Europe, dont les noms n'ont pas été précisés, ont étudié le plan de redressement validé par le conseil de surveillance. Leur entrée au capital de la SNCM est toutefois soumise à la double condition que le différend avec Bruxelles soit réglé et que Veolia
se retire.
Le JDD avait évoqué dimanche le nom du groupe Stef-TFE qui "revient avec insistance. Propriétaire de la Méridionale, il exploite trois bateaux sur des lignes concurrentes
de la SNCM". Le président du conseil général, Jean-Noël Guérini, s'était dit "prêt à participer au capital de la SNCM, moteur économique du port de Marseille,mais rien n'est décidé, c'est une réflexion qui est engagée".

Le sénateur-maire UMP de Marseille Jean-Claude Gaudin a estimé mercredi que "Veolia" devait "faire un effort" et que l'Union Européenne devait "se taire". Le gouvernement, par la voix du ministre de l'Écologie Philippe Martin, s'est dit mardi "déterminé à trouver une solution" pour sauver la SNCM, dont l'État est actionnaire à 25%.
Les marins nationalistes corses du Syndicat des travailleurs corses (STC) ont obtenu mercredi, après avoir bloqué un navire de la SNCM à Bastia, qu'en cas de liquidation, les quatre cargos mixtes assurant la desserte de service public ne soient pas privatisés et assurent toujours la continuité territoriale.


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
transports mer
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter