CARTE. Quels sont les points chauds dans le Vaucluse ?

De la Cité des Papes à la Capitale du Comtat Venaissin, nous vous proposons une carte interactive des 4 points chauds à suivre les 23 et 30 mars prochain dans le Vaucluse.

Par Annie Vergnenegre

LE CONTEXTE

A cinq semaines du scrutin, nous avons sélectionné quatre communes qui seront à suivre de près dans le Vaucluse. Dans ce département, le Front National réalise ses plus beaux scores depuis plusieurs années. En 2014, il nourrit de remporter plusieurs mairies, à Sorgues, Carpentras ou Cavaillon. Quant à la gauche, elle estime pouvoir ravir Avignon à la droite.

LE DECRYPTAGE

Avignon :


Après 3 mandats, Marie-Josée Roig a décidé de mettre fin à sa carrière politique à 75 ans, après des révélations d’emploi fictif en faveur de son fils
Elle a désigné son dauphin, Bernard Chaussegros, chef d'entreprise et président l'ACA. Sa tâche ne s’annonce pas facile. S’il avait réussi à rallier l’ex-leader des dissidents d’Avignon Renouveau Frédéric Rogier, ce dernier a depuis fait machine arrière

Face à lui, Cécile Helle, favorite dans les sondages. La vice-présidente socialiste de la région, est alliée aux Verts et croit à la reconquête de la mairie tombée dans l’escarcelle de la droite il y a 19 ans. Elle a même reçu le soutien de poids dans la cité des Papes, l’ancien directeur de la culture de Marie-José Roig, Jacques Montaignac. 
Reste pour la candidate socialiste à négocier les conditions d’un rassemblement entre les deux tours avec le Front de Gauche mené par André Castelli qui avait fait près de 15 % au premier tour en 2008.

Enfin, même sans ancrage local, Philippe Lottiaux FN, parachuté de Levallois, entend jouer les trouble-fête. Il est crédité de 25 % au second dans une triangulaire avec le PS et l'UMP. 

Carpentras :


Depuis la victoire de Marion Maréchal-Lepen dans la circonscription de Carpentras Sud en 2012, le Front National rêve d’accrocher à son tableau de chasse cette ville traditionnellement de droite qui a élu un maire socialiste en 2008 à l’issue d’une quadrangulaire.

Le parti frontiste a investi Hervé de Lépinau, conseiller municipal d’Aubignan, qui avait renoncé à se présenter en candidat DVD aux législatives pour soutenir la nièce de Marine Lepen. Il part favori face au maire sortant, affaibli par de profondes divisions dans son camp.

Elu de justesse avec trois cents voix d'écart au bénéfice d’une quadrangulaire en 2008, le socialiste Francis Adolphe, retourne à la bataille pour un deuxième mandat au nom de la gauche unie. 
Mais à Carpentras, le PS reste très divisé depuis l’épisode des dernières législatives, quand Catherine Arkilovitch, arrivée en 3e position a décidé de se maintenir quitte à faciliter l’entrée de la jeune Maréchal-Lepen à l’Assemblée.
Dans les derniers sondages le maire sortant est donné vainqueur dans le cas d'une triangulaire avec le FN et l'UMP. 

Comme en 2008 la droite se présente désunie. L’UMP a investi le trentenaire Julien Aubert, député de la 5e circonscription de Vaucluse depuis 2012, mais Jean-Luc Becker, 60 ans, ancien premier adjoint du mare sortant, a décidé de présenter malgré tout lui aussi devant les électeurs à la tête d'une liste dissidente.

Revoir la Voix est libre du 15 février 2014. 


Sorgues : 


Elue en juin 2012 plus jeune élue de l'Assemblée nationale, elle n’a pas voulu être tête de liste à Sorgues mais sa notoriété porte le candidat FN. La jeune députée Marion Maréchal Lepen est donc en deuxième position sur la liste de Gérard Gérent, un conseiller non encarté de l’actuelle majorité municipale UMP .

A Sorgues tous les espoirs frontistes sont permis : le FN a battu ici son meilleur record national au premier tour de la présidentielle de 2012 et dans la commune de Sorgues, Marine Le Pen est même arrivée en tête avec 36 % des voix. Marion Maréchal-Le Pen a quant à elle réalisé près de 45 % des suffrages au second tour des législatives.

Face à la menace FN, le maire sortant Thierry Lagneau n’a pas voulu de l’investiture UMP afin de mener une liste de rassemblement. Il propose un ticket avec Alain Milon l’ancien maire UMP de Sorgues de 1989 à 2011, date à laquelle il lui a succédé. Alain Milon (élu dès le 1er tour en 2008) est candidat en 3e position pour conserver la présidence de la communauté de communes, CCPRO.

Car à Sorgues se joue aussi l’avenir de la communauté de communes, détenue par l’UMP, qui sera élargie à Orange au 1er janvier prochain et qui pourrait bien changer de mains.

Cavaillon :


En 2008, l’élection de l’UMP Jean-Claude Bouchet s’était jouée dans une triangulaire. Mais le FN n'alignait pas de candidat. Cette année, le maire sortant se lance dans la campagne en refusant toute investiture. Guy Paillet, ancien adjoint du maire sortant présente une liste citoyenne.

Le FN entend lui surfer sur ses bons scores aux dernières législatives. Thibault de la Tocnaye, membre du bureau politique du FN, était arrivé second dans le Vaucluse, avec 111 voix d’écart avec le candidat UMP. C’est lui portera les couleurs du Rassemblement Bleu Marine.

Dispersée en 2008, la gauche part unie dès le premier tour derrière le conseiller général écologiste Olivier Florens
Une triangulaire se profile donc à Cavaillon et la course à la mairie s’annonce très serrée.

LA VIDEO

L'extrême droite est déjà bien implantée dans le Vaucluse avec 3 élus : Marion Maréchal Le Pen pour le FN, Jacques BOMPARD et son épouse Marie-Claude Bompard pour la Ligue du Sud. Aux prochaines municipales, le Front National vise de nouvelles conquêtes dans le département.
Le Vaucluse, terre d'élection FN
Reportage d'Oliver Chartier-Delègue, Sylvie Garrat et Christian Herregods.

Toutes les indiscrétions et les coulisses de la campagne sur notre blog politique

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus