• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

La justice établit que Marcel Desailly est bien le père d'une jeune femme de 23 ans

La justice reconnaît que la jeune femme de 23 ans est la fille de Marcel Desailly. Elle pourra porter son nom. / © STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
La justice reconnaît que la jeune femme de 23 ans est la fille de Marcel Desailly. Elle pourra porter son nom. / © STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

Marcel Desailly n'a jamais voulu se soumettre aux tests génétiques. Le tribunal de Toulon vient d'établir que l'ancien joueur de football est bien le père d'une jeune femme de 23 ans. Elle pourra porter son nom. Elle ne réclame pas d'argent. 

Par Karine Bellifa

Le TGI de Toulon a répondu favorablement à la demande de reconnaissance en paternité introduite par une jeune femme de 23 ans à l'encontre de l'ex-international français de football Marcel Desailly. Le TGI a ainsi ordonné qu'Aïda Mendy, 23 ans, puisse porter désormais le nom de Desailly, qui devra être transcrit au registre de l'Etat civil.

"Un aveu de paternité" par refus de se soumettre aux tests

La justice a retenu le fait qu'en refusant de se soumettre à un test génétique, Marcel Desailly avait effectué "un aveu de paternité". L'ancien champion du monde a en effet refusé à quatre reprises de se soumettre à un tel test, demandé par le tribunal depuis 2012. L'avocat de l'ex-défenseur, Michel Pautot, avait justifié ainsi ce refus :

Marcel Desailly conteste être le père et ce n'est pas parce qu'il ne s'est pas soumis à ces tests qu'il est le père. Il n'y a de surcroît aucune preuve de relation intime entre lui et Mme Mendy, pas de photo, pas de correspondance, pas de cadeau..."

Aïda Mendy (ici à gauche) avec sa mère et son avocat. / © Gilles Guérin/France 3 Provence-Alpes
Aïda Mendy (ici à gauche) avec sa mère et son avocat. / © Gilles Guérin/France 3 Provence-Alpes

"23 années de souffrance"

Aïda Mendy, 23 ans, résidant à La Seyne-sur-mer (Var) souhaitait, en faisant cette demande examinée à huis clos par le TGI de Toulon le 22 mai en l'absence de l'ancien joueur, "mettre un terme à 23 années de souffrance", avait alors indiqué son avocat, Me Frédéric Casanova.

Ma cliente a poussé plusieurs cris de joie. Elle va enfin pouvoir s'appeler Aïda Desailly. Je suis ravi. C'est le triomphe du droit sur l'hypocrisie. Il a échappé à la génétique, il n'a pas réussi à échapper à ses juges"


a réagi Me Casanova jeudi.

Elle le voit à la télé

Cette jeune femme, sans profession, est actuellement en formation d'esthéticienne. Sa mère avait bénéficié jusqu'à la majorité de sa fille d'une pension alimentaire de la part de Marcel Desailly, à la suite d'un jugement de mars 2000 du TGI de Toulon.  "Aucune paternité ne figure sur l'acte de naissance d'Aïda, mais, contrairement à d'autres enfants sans filiation qui peuvent parfois oublier, cela lui est impossible.

Car si cet homme veut la gommer de sa vie, elle ne peut pas en faire de même: il est une personnalité médiatique, elle le voit régulièrement à la télévision..."

avait également expliqué Me Casanova en marge de l'audience, précisant que l'action de sa cliente était "symbolique" et ne comportait aucune demande financière.

Sur le même sujet

Point Cult' : l'art contemporain pour tous ?

Les + Lus