• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

Accès à l'IVG difficile en été

© MaxPPP / GRONDIN EMMANUEL
© MaxPPP / GRONDIN EMMANUEL

La ministre des Affaires Sociales, Marisol Touraine, a appelé les Agences Régionales de Santé à la mobilisation pour maintenir l'accès des femmes à l'interruption volontaire de grossesse pendant l'été.

Par Mariella Coste

La ministre des Affaires sociales, Marisol Touraine, a appelé vendredi les Agences régionales de santé (ARS) à la "mobilisation" afin de maintenir l'accès des femmes à l'interruption volontaire de grossesse (IVG) pendant l'été.

Permanence assurée

Elle entend ainsi "lever les obstacles territoriaux qui peuvent encore se dresser contre l'égalité d'accès des femmes à ce droit fondamental".
Selon le dernier bilan de la Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (Drees), publié en juin, le nombre des IVG est resté stable en France en 2012, comme c'est le cas depuis une dizaine d'années, à 219.156 dont 207.000 en métropole.

Les chiffres provisoires pour 2013 montrent cependant "une légère tendance à la hausse", en France
de 4,7%. En région PACA 23 026 IVG ont été pratiquées dont 18 220 à l'hôpital.

Renseignements :
Trouver son Planning Familial 
Sos IVG 0800 202 205 (numéro vert, gratuit d'un poste fixe).
 / © MaxPPP / Mathieu Cugnot
/ © MaxPPP / Mathieu Cugnot

Un droit fondamental

L'IVG (interruption volontaire d'une grossesse) est réglementée depuis 1975 par la loi Veil qui stipule dans son article 1er que « la loi garantie le respect de tout être humain dès le commencement de la vie. Il ne saurait être porté atteinte à ce principe qu'en cas de nécessité et selon les conditions définies par la présente loi »

Elle est réalisée à la demande d'une femme enceinte estimant que son état la place dans une « situation de détresse » (art L2212-1 du code de la santé publique).  Défendue par la Ministre Najat Vallaud-Belkacem, la récente loi de janvier 2014, a supprimé la notion de détresse au motif que seule la femme peut apprécier subjectivement cette situation.

Loin d'être anodine, cette reformulation reconnaît que les femmes n'ont pas à se justifier et que leur choix leur appartient.






.


Sur le même sujet

Interview de Thérèse Schermann-Descamps

Les + Lus