Aix : au moins 20 ans de prison requis contre Julien Gleise

L'avocat général Pierre Cortès
L'avocat général Pierre Cortès

Au quatrième jour du procès de Julien Gleise, ce jeune d'une cité marseillaise soupçonné d'une tentative d'homicides à la kalachnikov, l'avocat général Pierre Cortès a requis une peine d'au moins 20 ans à l'encontre du prévenu.

Par Ghislaine Milliet avec JF Giorgetti

Julien Gleise comparaît depuis lundi devant la Cour d'Assises des Bouches-du-Rhône pour une tentative d'homicide volontaire, sans préméditation, à la kalachnikov sur deux autres jeunes des cités de Marseille.

La parole était donnée aujourd'hui à l'avocat général, Pierre Cortès.


Ce dernier a souligné la dangerosité de l'accusé et a demandé à la cour de condamner Julien Gleise à une peine qui ne soit pas inférieure à 20 ans.
Pierre Cortes a développé la thèse de la tentative de meurtre.

"Si les deux victimes sont encore en vie, c'est un bonheur et ce n'est pas grâce à lui (l'accusé)"


Et "en aucun cas il n'y a légitime défense."
"Il a tiré non pour faire mal, mais pour tuer." , a-t-il rajouté.
"Malheur à celui qui croise Julien Gleise, malheur à celui qui se trouve sur les trajectoires de ses tirs."  Avant de préciser : 

"Il m'appartient de vous demander de neutraliser ce danger permanent."



Pierre Cortès a donc demandé à la cour de condamner Julien Gleise à une peine qui ne soit pas inférieure à 20 ans.

Les faits

Les faits remontent à trois ans. Le 30 décembre 2011, après une rixe dans une boîte de nuit marseillaise, deux jeunes se présentent à la cité de la Rouguière pour obtenir des explications avec leurs agresseurs. Ils sont reçus par des rafales de kalachnikov et gravement blessés.
L'enquête permettra de retrouver l'arme avec des traces ADN : celles de Julien Gleise jugé cette semaine à Aix.
Ce dernier a toujours dit avoir tiré "par peur" face "à une dizaine d'individus" qui lui en voulaient. ce que conteste l'une des deux victimes "Je m'en rappelle comme si c'était hier, il a tiré direct et pas par terre", a rapporté Yassim aux jurés.
Après les réquisitoires de l'avocat général ce matin, cet après-midi était consacré aux plaidoiries de la défense.
Le verdict pourrait être rendu dans la soirée.
L'accusé doit être jugé une seconde fois devant les assises les 27 et 28 novembre.
Il devra répondre d'une nouvelle tentative de meurtre perpétrée, six mois avant cette fusillade, sur une amie de son ex-compagne à laquelle il reprochait de l'avoir "mal regardé". Dans ce second dossier, Julien Gleise avait reconnu: "C'est vrai, j'ai la gâchette trop facile."

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus