La SNCM, qui voulait suspendre la remboursement de l'OTC, déboutée

Le tribunal administratif de Bastia a rejeté mercredi une demande de la Société nationale Corse Méditerranée (SNCM) de suspendre le remboursement de près de 200 millions d'euros réclamés par l'Office des transports de la Collectivité territoriale de Corse (OTC).

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Le tribunal a estimé que la compagnie, bien que placée en redressement judiciaire, devait se soumettre à une décision de septembre 2014 de la Commission européenne. Cette dernière avait estimé que 168 millions d'euros --auxquels s'ajoutent 30 millions d'intérêts réclamées par l'OTC-- avaient été indument versés à la SNCM de 2007 à 2013 au titre du "service complémentaire" qui consiste à renforcer les lignes en haute saison entre la Corse et le continent.

La Commission avait estimé que l'aide ne pouvait être incluse dans la délégation de service public qui avait été attribuée pour 10 ans à la SNCM en 2013 par la Collectivité territoriale de Corse. Elle n'avait en revanche pas demandé le remboursement de quelque 140 millions d'euros versés à la compagnie privée Corsica Ferries dont les navires battent pavillon italien au titre de l'aide dite "sociale" consistant à vendre moins cher les billets, ont déploré les syndicats de la SNCM.

Le tribunal administratif a d'autre part rejeté les demandes de l'Office des transports de la Corse de condamner la SNCM à payer des frais liés au versement du service complémentaire. L'avenir de la compagnie doit être scellé après le 19 janvier par le tribunal de commerce de Marseille. Cette date est la limite pour le dépôt d'éventuelles offres de prises de la compagnie.
La CGT a menacé le 6 janvier à Marseille d'occuper les navires de la SNCM si la compagnie était "vendue à la découpe".