Deux cents personnes, selon la police, ont pris part ce mardi au centre de Nice à une marche silencieuse en hommage aux migrants disparus récemment en Méditerranée, à la suite du naufrage de leurs embarcations.

Cette marche avait été organisée en fin d'après-midi place Masséna par plusieurs associations, Amnesty International, l'Association pour la démocratie à Nice (ADN), la Cimade, la Ligue des droits de l'homme, le MRAP, SOS Racisme, le Secours catholique ou encore la Fédération des musulmans du sud. Quelques élus du Front de gauche étaient également présents.

Les participants ont défilé jusqu'à la plage du Centenaire, sur la promenade des Anglais, pour jeter à la mer les fleurs et les rameaux d'olivier que chacun avait apportés.
"Non à l'Europe forteresse", "Un accueil digne pour les réfugiés" ou "Les migrants, des humains avant tout", pouvait-on lire sur les pancartes, 9 jours après la plus grave tragédie de migrants en Méditerranée, où le naufrage d'un chalutier a fait plus de 700 morts.

"Nous voulons rendre hommage aux milliers de migrants qui sont de plus en plus nombreux à périr en mer, et aussi demander aux vingt-huit pays européens qu'ils prennent leur part de cette misère et de cette souffrance", a expliqué Teresa Maffeis, porte-parole de l'ADN, qui a lu sur la plage un poème de l'écrivain italien Erri de Luca en hommage aux victimes.

"La France a accueilli 500 Syriens, c'est dérisoire eu égard à la gravité du problème. On demande une politique d'accueil et de protection", a relevé pour sa part Jean-Luc Levenes, représentant d'Amnesty International.


Les Alpes-Maritimes, limitrophes de l'Italie, constituent par ailleurs un point de passage important des migrants qui cherchent à gagner l'Europe du nord. La semaine dernière, entre 550 et 800 d'entre eux, selon les sources, ont été interpellés par les forces de l'ordre dans le département, dont plus des trois quarts ont été remis aux autorités italiennes. (Avec AFP)