À Marseille, la justice n'accorde pas de retraite à l'éléphante Samba

La cour d'appel de Marseille a rejeté ce lundi 7 juin le recours de l'association One Voice pour libérer Samba, une éléphante détenue au cirque d'Europe dans les Bouches-du-Rhône. Pas de retraite donc au sanctuaire des éléphants de Bussière-Galant, en Haute-Vienne.

L'éléphante Samba, rebaptisée Tania, n'aura pas droit à sa retraite au sanctuaire de Bussière-Galant en Haute-Vienne.
L'éléphante Samba, rebaptisée Tania, n'aura pas droit à sa retraite au sanctuaire de Bussière-Galant en Haute-Vienne. © One Voice

Douche froide pour l'association One Voice qui se bat depuis 19 ans pour sortir l'éléphante Samba du cirque d'Europe, basé près d'Aix-en-Provence. La Cour administrative d’appel de Marseille a confirmé ce lundi 7 juin le jugement de première instance rejetant leur requête.

Cette éléphante de 32 ans est sous haute-surveillance depuis qu'elle s'est échappée en 2013 en blessant mortellement un passant dans sa fuite. Mais la cour a jugé qu'aucun constat ne démontre que le cirque d’Europe ne respecterait pas les prescriptions imposées par l’arrêté du 12 juillet 2015 relatives à la détention de cet animal. 

Cette décision de justice n'étonne cependant pas la présidente et fondatrice de OneVoice Muriel Arnal : "Une note envoyée aux préfectures demande la plus grande clémence vis a vis des cirques possédants des animaux sauvages. Rappelant que les décisions annoncées par la ministre de la transition écologique d'interdire progressivement les animaux sauvages dans les cirques, doivent être appliquées très progressivement", déplore la militante de la cause animale. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
animaux nature justice société