Algérie: reprise partielle des vols commerciaux entre Marseille et Alger

Après 15 mois d'arrêt, les liaisons régulières entre Marseille et Alger vont reprendre à partir du 1er juin, mais les modalités sont encore floues. Les traversées maritimes restent quant à elles à l'arrêt.

Les premiers vols vers l'Algérie reprendront le 1er juin.
Les premiers vols vers l'Algérie reprendront le 1er juin. © Jean-Luc Flémal/MaxPPP

L'Algérie rétablit partiellement les liaisons aériennes avec la France, mais c'est encore au compte-goutte. Les services du Premier ministre ont annoncé lundi que les vols internationaux suspendus depuis le 17 mars à cause de la crise sanitaire vont reprendre le 1er juin.

Selon l'aéroport Marseille Provence, il s'agit de rapatriements avec la compagnie Air Algérie, et les critères d’éligibilité au retour ne sont pas connus. 

La mise en place d'un vol commercial hebdomadaire Marseille-Alger reste à confirmer selon l'aéroport provençal, qui précise que rien n'est prévu pour les trois autres opérateurs : Air France, Vueling Airlines et Volotea.

Vol commercial ou rapatriement, le flou subsite et comme près de 20.000 personnes bloquées dans la région depuis l'an dernier, Nassim Bendali est "dans l'expectative". "Si c'est du vol de rapatriement je suis un peu déçu...". 

Le quadragénaire attend depuis plus d'un an de revoir son père à Alger et guette la mise en vente des premiers billets sur les sites des compagnies aériennes. "Je suis à l'affût pour y retourner, je vois comment je peux poser des congés".

Nassim Bendali aimerait pouvoir au moins faire un aller-retour rapide sur quelques jours "pour voir la famille" et y retourner pendant 15 jours ou 3 semaines en juillet. 

"Avant je partais minimum une fois par mois", rappelle-t-il nostalgique de ce temps sans covid, mais soucieux de se montrer responsable. "On connaît la situation là-bas, on ne veut pas aggraver les choses".

Test et confiment à l'arrivée

Les modalités du protocole sanitaire n'ont pas encore été officiellement communiquées, mais une chose est sûre, il faudra montrer patte blanche et se plier à des consignes strictes : 

Les frais de confinement et de dépistage à l'arrivée seront à la charge des passagers qui devront s'en acquitter avant l'embarquement. Auparavant, les personnes rapatriées étaient entièrement prises en charge par l'Etat dans les hôtels.

Aucun changement du côté des traversées maritimes. "Nous n'avons aucune instruction", reconnaît Kamel Issad, directeur d'Algéries Ferries Europe, dont les bateaux attendent de pouvoir reprendre la mer depuis plus de quatorze mois. 

L'Algérie continue de verrouiller ses frontières pour échapper à une nouvelle vague de contaminations. Depuis le premier cas de Covid-19 détecté le 25 février 2020 en Algérie, plus de 3.400 décès et 127.000 cas ont été recensés selon le ministère de la Santé.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société transports aériens économie transports transports maritimes méditerranée