Alpes-de-Haute-Provence : trois personnes sauvées après avoir été ensevelies dans une avalanche

Elles faisaient du ski de randonnée lundi sur les pentes du Pic de l'Aiguillette avec trois autres personnes. Le détecteur de victime d'avalanche leur a sauvé la vie.

L'avalanche s'est produite sur les pentes du Pic de l'Aiguillette
L'avalanche s'est produite sur les pentes du Pic de l'Aiguillette © Google Maps

La randonnée en ski a failli tourner au drame. Une avalanche a enseveli trois des six membres d'un groupe, lundi 14 décembre. Ils avaient entrepris de grimper au sommet du Pic de l'Aiguillette (Alpes-de-Haute-Provence).

L'avalanche s'est produite sur une pente de 300 mètres de large et 600 mètres de long. 

Un détecteur de victime d'avalanche salvateur

Les trois personnes ensevelies ont finalement été sorties de sous la neige par leurs trois compères. "Elles ont été retrouvées notamment grâce au détecteur de victime en avalanche qu'elles avaient", indique le peloton de gendarmerie de Haute-Montagne de Jausiers. Ce dernier est intervenu en hélicoptère avec quatre secouristes et un médecin du service départemental d'incendie et de secours des Alpes-de-Haute-Provence (Sdis 04).

L'une des victimes a été blessée au genou, une autre à la jambe et transportée à l'hôpital de Digne. La dernière personne ensevelie a été plus gravement blessée au thorax et a été également héliportée à l'hôpital de Digne-les-Bains.

DVA, pelle et sonde indispensables en montagne

Le groupe de skieurs avait sur lui les objets indispensables en cas de départ en montagne : le détecteur de victime en avalanche, la pelle et la sonde. Face à la fermeture des remontées mécaniques, de plus en plus de gens se mettent au ski de randonnée. 

"Nous les incitons à la prudence et surtout de faire attention, car il y a de nombreux départs d'avalanche en ce moment", rappelle le PGHM de Jausiers.

Publiée par PGHM Jausiers sur Vendredi 11 décembre 2020

 

 

 

Avec le vent et les chutes de neige, le manteau neigeux est très instable sur de nombreuses zones de montagne. Le PGHM appelle à la prudence surtout en raison de l'absence de chiffrage du risque d'avalanche.

"Comme il n'y a pas de remontées mécaniques, les pisteurs ne sont pas présents et ne font pas partout de relever. Donc il n'y a pas de risque chiffré d'avalanche", souligne le PGHM de Jausiers.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
avalanche nature montagne