Dakar 2018 : le Dignois Antoine Méo remporte sa 3e victoire d'étape en Bolivie

Le pilote dignois Antoine Méo au guidon de sa KTM. / © Maxppp/DAVID FERNANDEZ
Le pilote dignois Antoine Méo au guidon de sa KTM. / © Maxppp/DAVID FERNANDEZ

2018 sourit à Antoine Méo. Arrivé 7e lors de son premier Dakar en 2016, le Dignois vient de remporter sa 3e victoire d'étape sur l'épreuve qui se dispute en Amérique du sud. 

Par Annie Vergnenegre

Antoine Méo a remporté jeudi la sixième étape du Dakar 2018 au guidon de sa KTM à La Paz, en Bolivie. Le quintuple champion du monde d'Enduro brille sous le soleil de l'Amérique du sud. C'est sa 3e victoire d'étape. Il est classé sixième au général. Fabien Madigou l'a rencontré sur place.


"On attaque le plus dur"


"C'est un bel exploit parce que je voulais arrêter la moto et KTM a cru en moi, ils m'ont poussé au maximum. Ils ont eu raison, parce qu'hier ça a bien marché et je suis encore bien placé dans le groupe des premiers. Pour le moment, tout va pour le mieux. Mais il faut savoir que là, on attaque le plus dur donc... il va falloir se détendre et rester concentré".

En Bolivie, le Dignois se sent un peu comme chez lui. 

"Là je vais ramasser"


"Des pistes rapides j'en ai beaucoup autour de chez moi, sur le plateau de Valensole donc ça convenait bien à mon pilotage. Le plan était de faire entre 5e et 1er, 1er c'était pas idéal. J'ai roulé au maximum et ça s'est bien passé. Le problème c'est que demain (samedi) c'est moi qui vais ouvrir et là je vais ramasser mais ça fait partie du jeu, il faudra récupérer le maximum le jour d'après". 
6e au classement général, Antoine Méo a le sourire, le Dakar 2018 lui réussi. 

"J'ai réussi à faire ce que je voulais"


"Je suis satisfait, c'était mon plan de travail, j'ai réussi à faire ce que je voulais. Pour le moment, on est vraiment dans les clous... je voulais être 2 minutes plus près des premiers, mais bon.. rien n'est encore perdu, la semaine est très longue."


"M'économiser pour les 3 derniers jours"


"L'objectif? c'est compliqué de dire c'est la gagne, parce qu'au Dakar, la moindre connerie coûte cher. Si à deux jours de l'arrivée, je suis à moins de trois minutes des premiers, c'est sûr qu'ils auront un peu de souci à se faire. J'irai au maximum de ma course, j'essaierai de ne pas faire d'erreurs et de m'économiser pour être prêt les 3 derniers jours".
Bonne route à Antoine Méo pour l'étape du jour La Paz vers Uyuni. 


Sur le même sujet

Samuel Le Bihan présente un prototype censé transformer le plastique en diesel à Antibes

Les + Lus