Les mules de Seyne-les-Alpes, un patrimoine vivant menacé

Publié le Mis à jour le
Écrit par Marie Joan .

Seyne-les-Alpes organise samedi 12 août la 100e édition de son concours mulassier. Un moyen pour la ville de promouvoir et sauvegarder cette espèce hybride qui ne compte plus que quelques individus et qui pourrait bientôt disparaitre.

Vivez le Festival Interceltique : Le Festival Interceltique de Lorient 2022

On dit de lui qu'il n'a pas bon caractère et qu'il est robuste. Le mulet est un animal hybride, issu du croisement d'un âne et d'une jument. Il est de taille intermédiaire et possède une robe marron ou noire. Longtemps utilisé au XXe siècles pour transporter des charges lourdes ou pour des travaux agricoles, il a connu un déclin avec l'arrivée de la motorisation.

Le mulet, ancienne fierté de Seyne-les-Alpes

 Seyne-les-Alpes met à l'honneur l'animal ce week-end pour la 100e édition de son concours mulassier. L'un des derniers de France. Une vingtaine de bêtes y participent pour être jugées selon des critères de sélection de la race.

Au cours du XXe siècle le mulet était largement présent dans le village des Alpes de Haute-Provence. " Il représente vraiment une page historique de notre territoire, une part importante de notre économie locale. Dans l'entre deux guerres, on avait 800 naissances de muletons " témoigne Michel Rey, président de l'association de la Maison du mulet à Seyne. 

A l'époque, ces animaux hybrides servaient dans les travaux agricoles et dans le port de charges lourdes en montagne. Deux raisons expliquent la spécialisation du village dans l'élevage de mules et ce savoir faire. " Dans la région on produisait beaucoup de foin et on avait des pâturages disponibles pour nourrir les animaux en hiver, raconte Michel Rey. Mais c'est surtout la situation très enclavée de notre village au XIXe qui explique qu'on avait besoin des mules". 

Le mulet de Seyne-les-Alpes menacé de disparition

Depuis cinq ans, les mulets de Seyne-les-Alpes ont considérablement diminué. Cette année, seulement deux muletons sont nés. " Avec la fermeture de la station de monte en 2017, qui permettait les inséminations artificielles de juments pour donner des mulets, nous n'avons quasiment plus d'individus" déplore Michel Rey. 

Le nombre d'éleveurs se compte désormais sur les doigts de la main. Le mulet de Seyne-les- Alpes pourrait même disparaitre d'ici quelques années. Maintenir des individus n'est pas si simple comme le mulet est stérile. La reproduction nécessite un âne et une jument. "On cherche activement un âne pour pouvoir faire des saillies naturelles mais ce n'est pas évident " explique Michel Rey. 

Pour lui, même si la demande de mules a chuté, il y a toujours une niche économique. " Les quelques muletons qui naissent trouvent encore preneur pour le maraichage, le débardage, la viticulture la randonnée et même l'armée s'intéresse à eux depuis quelques années " argumente le président de l'association de la Maison du mulet.

L'espoir de nouveaux éleveurs 

Pour lui, même si l'avenir est incertain pour les mulets de Seyne, tout espoir n'est pas perdu. "On va continuer à faire connaitre cette espèce avec notre lieu d'exposition et nos concours mulassiers. Il faut qu'on réussisse à sensibiliser les gens pour maintenir une petite production."

Emmanuelle Vors, paysanne, fait partie de la poignée d'éleveurs qu'il reste. Aujourd'hui elle a quatre mules. Elle en élève depuis son arrivée dans le village de Seyne en 2000. " Une fois qu'on est tombé dedans on ne peut plus s'arrêter. J'aime leur intelligence au travail, ils sont de véritables partenaires au quotidien " atteste t-elle. C'est aussi l'aspect patrimonial et l'histoire autour de cet animal qui l'a poussée à continuer d'en avoir. 

D'autres ont tout de même décidé de se lancer dans l'aventure, comme la jeune Laura Schappler propriétaire d'un mulet depuis 5 ans. Ils représentent un véritable espoir pour la poursuite de l'espèce. A 27 ans, cette passionnée a envie de "donner un second souffle" à l'histoire des mulets de Seyne. Son objectif, comme celui d'Emmanuelle Vors est de réussir à trouver un âne qui pourra se reproduire avec leurs juments. Des projets plein la tête, Laura termine : " Un jour je sais que je produirai et que je vendrai des mulets. Et j'espère même qu'on réussira à décrocher un label pour que l'espèce soit reconnue."

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité