L'agriculteur de la vallée de la Roya Cédric Herrou, jugé en appel pour avoir aidé des migrants

Cédric Herrou comparaît à Aix-en-Provence pour aide aux migrants / © MAX PPP
Cédric Herrou comparaît à Aix-en-Provence pour aide aux migrants / © MAX PPP

Condamné en première instance à 3.000 euros d'amende avec sursis, Cédric Herrou, membre de l'association Roya Citoyenne comparaissait devant la cour d'appel d'Aix-en-Provence pour aide l’entrée, à la circulation et au séjour de personnes en situation irrégulière.

Par Catherine Lioult

Comme à Nice  ce 4 janvier 2017 pour le procès en première instance, un appel à la mobilisation avait  été lancé sur les réseaux sociaux avant l'audience en appel. Et pour les manifestants venus cette fois encore en nombre, c'est tout simplement la solidarité qui est poursuivie, en tant que délit !

Cédric Herrou à Aix-en-Provence, au milieu de ses soutiens / © MAX PPP
Cédric Herrou à Aix-en-Provence, au milieu de ses soutiens / © MAX PPP

Emblématique d'un combat humanitaire, le très médiatique. Cédric Herrou, agriculteur bio de la vallée de la Roya, comparaissait ce lundi 19 juin pour, en octobre 2016, avoir pris en charge des migrants sur le sol italien et les avoir conduits  sur ses terres du haut-pays, dans la vallée de la Roya. 
Le chef de mise en examen : aide  à l’entrée, à la circulation et au séjour de personnes en situation irrégulière.
Un délit passible de  30.000 € d'amende et 5 ans de prison. 


Je suis innocent



dit sobrement au tribunal Cédric Herrou, 37 ans, dont "la revendication était que les mineurs soient pris en charge par les autorités, et que les migrants puissent faire leur demande d'asile". Il explique avoir l'impression de faire le travail de l'état


Je n'incarne pas une lutte mais "je me sens considéré comme un contrebandier"
par la justice "alors qu'on parle de gens



se désole le militant,


3.000 euros d'amende avec sursis en 1è instance


En première instance, la justice l'avait condamné à 3.000 euros d'amende avec sursis et n'avait pas suivi les réquisitions du procureur, qui avait requis 8 mois de prison avec sursis.
C'est ce même procureur qui a décidé de faire appel de ce jugement.


Pierre-Alain Mannoni a de nouveau rendez-vous avec la justice le 26 juin à Aix-en-Provence




L'enseignant-chercheur poursuivi lui aussi pour avoirconvoyé des migrants a été relaxé par le tribunal correctionnel de Nice contre l'avis du procureur, qui avait requis 6 mois de prison avec sursis. Il a interjeté appel. L'audience en appel est fixée au 26 juin.




A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus