Alpes-Maritimes : ils vendent des glaces au lait de chèvre pour sauver leur ferme pédagogique

Face aux difficultés financières provoquées par l'épidémie de coronavirus, les propriétaires de la Chèvrerie du Bois d'Amon, Edith Sellier et Pascal Valkenborgh, ont décidé de produire des glaces au lait de chèvre.
Un couple qui exploite une ferme pédagogique, la Chèvrerie du bois d'Amon à Saint-Cézaire-sur-Siagne dans les Alpes-Maritimes, s'est converti dans la vente de glaces au lait de chèvre. 

C'est Edith Sellier, l'une des gérantes, qui a eu l'idéee face à la crise du coronavirus. Le confinement a fortement impacté leurs revenus. 
 

 Je me suis dit ; on fait quoi ? On avait beaucoup de lait mais plus de marché où les vendre ni de foire 

  Edith Sellier


Un investissement conséquent

L'agricultrice a alors acheté 20 000 euros de matériel haut de gamme et commandé, sans hésiter, 2 000 pots de glace - pour commencer - chez un fournisseur. 

La chèvrerie propose une quinzaine de goûts. En plus des classiques vanille et chocolat, on peut aussi manger des glaces au basilic ou à la fleur d'oranger.

Ces glaces au lait de chèvre sont disponible dans cinq points de vente dont le marché de Saint-Césaire. 

Des glaces peu grasses

En plus de sauver l'économie de la ferme pédagogique, ces glasses au lait de chèvre ont une plus grande qualité nutritionnelle que celles au lait de vache.
 

 Ce lait est beaucoup plus léger avec moins de matière grasse ; entre 18 et 25% seulement.

 Paul Valkenborgh


Le lait de vache varie, lui, entre 45 et 60% de matière grasse. Les clients perçoivent la différence et sentent davantage les goûts avec le lait de chèvre.

Pour développer cette nouvelle activité, les deux agriculteurs espèrent produire des glaces entièrement bio d'ici quelques mois.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
agriculture économie