L'avenir du Marineland d'Antibes examiné en Conseil d'Etat

La  plus haute juridiction administrative examine ce lundi une requête du parc animalier contre un arrêté du ministère de l'Environnement, qui interdit la reproduction des dauphins et orques en captivité.

Juste avant le second tour de l'élection présidentielle, Ségolène Royal, alors ministre de l'environnement,  décide d’améliorer le bien-être des cétacés évoluant dans les parcs aquatiques. Elle  durcit son texte initial, dans un décret interministériel paru au journal officiel le 6 mai dernier. Le texte interdit tout simplement  la reproduction des dauphins et des orques en captivité. Les associations de défense des animaux ne cachent pas leur satisfaction : voilà qui signifie à terme, la fermeture du parc Marineland à Antibes, qui est le seul établissement de ce type en Europe. Marineland a porté l'affaire de la plus haute juridiction administrative, en faisant une requête devant le conseil d'état.

Le conseil d'état saisi


Ce matin, le directeur du parc antibois, Pascal Picot et John Kershaw, directeur animalier se sont donc  rendus à Paris, et ils ont été entendus par les magistrats du  Conseil d'Etat.
L'audience n'est pas terminée, et les deux responsables n'ont pas souhaité s'exprimer pour l'instant.
Verra-t-on bientôt disparaître les spectacles de dauphins et d'orques dans les parcs aquatiques et les parcs d'attractions français ? C'est tout l'enjeu de cette journée.
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité