Le complexe aquatique Nautipolis de Sophia-Antipolis a rouvert ce lundi après un incendie

Complexe Nautipolis situé à Valbonne. / © R. Griffon / A. Le Hars
Complexe Nautipolis situé à Valbonne. / © R. Griffon / A. Le Hars

Deux mois et demi après l’incendie qui a contraint le complexe Nautipolis de Valbonne-Sophia-Antipolis, situé dans les Alpes-Maritimes, à fermer le centre peut à nouveau accueillir le public depuis ce lundi 2 septembre.

Par Raphaëlle Griffon avec Laurent Verdi et ALH

Souvenez-vous, c’était un incendie qui avait pris dans la partie « bien-être » du complexe, et qui avait contaminé tout le reste des infrastructures de complexe Nautipolis à cause de la fumée, le 17 juin dernier.
 

 

"Cet été, pendant près d’un mois et demi, les bâtiments ont été décontaminés et dépollués"explique Frédéric Chauvel, directeur du Nautipolis.

"Trouver des entreprises pour faire les travaux, pendant le mois d’août, ça n’était pas facile, ça a pris du temps", détaille Frédéric Chauvel, directeur du Nautipolis. Mais le temps, le complexe n'en a pas. Jean Leonetti, le président de la communauté d’agglomération de Sophia Antipolis (CASA), avait promis que le centre remplirait sa mission de service public pour la rentrée. En effet, pendant la période scolaire, les bassins du complexe accueillent les établissements scolaires.

 

Cette réouverture prévue ce lundi était soumise à conditions. Le centre a bénéficié de "finitions" comme la peinture, explique le directeur.
Les délais étaient serrés. Mais Frédéric Chauvel s'est voulu exigeant : "Il n’est pas question d’accueillir le public dans de mauvaises conditions".

Jeudi 29 août, la commission de sécurité a effectué une visite pour valider l’accueil du public et la protection de la zone encore sinistrée.

Dans l’espace « bien-être », en revanche, les travaux n’ont toujours pas commencé. Cette partie du complexe est en effet sous-scellé en attente d’une contre-expertise, le 5 septembre. Elle devrait permettre d’établir les causes exactes de l’incendie. Les travaux devraient commencer en octobre et durer huit à neuf mois, en parallèle de ceux de construction d'un futur bassin extérieur de 25 mètres.
 


Des messages de soutien


Après l’incendie, les 50 salariés avaient été mis au chômage technique. Frédéric Chauvel affirme que les équipes ont travaillé d’arrache-pied tout l’été. "Quand il y a eu l’incendie, tout le personnel s’est pris un gros coup sur la tête", avoue-t-il, "mais les messages de soutien de la communauté Nautipolis ont fait chaud au cœur ! Toute l’équipe s’est dit : "on va revenir encore plus forts".

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Expédition au large de l'Amazone

Les + Lus