Effet déconfinement : sur la Côte d'Azur, masques et gants jetables polluent déjà les fonds marins

Deux semaines après le début du déconfinement, des masques chirurgicaux et des gants en latex flottent déjà en Méditerranée. L'association Opération Mer Propre s'inquiète de leur prolifération.
Des gants et des masques jetables retrouvés au large d'Antibes, le 24 mai 2020
Des gants et des masques jetables retrouvés au large d'Antibes, le 24 mai 2020 © Association Opération Mer Propre
L'inquiétude grandit au sein des associations environnementales. Depuis quelques jours, des masques chirurgicaux et des gants en latex sont retrouvés au large des côtes azuréennes.

Samedi 23 mai, lors d'une plongée à Antibes, le lanceur d'alerte Laurent Lombard, fondateur de l'association Opération Mer Propre, en a retrouvé plusieurs.
"Ca vous dit cet été de vous baigner avec le Covid-19. Sachant que plus de 2 milliards de masques jetables ont été commandés, il y a bientôt le risque de voir plus de masques que de méduses dans les eaux de la Méditerranée !", s'insurge le plongeur.

Plongée à Golfe-Juan
Ce dimanche 24 mai, Laurent Lombard a plongé avec des membres de son association dans la baie de Golfe-Juan. Après deux heures de nettoyage, ils ont remonté 200 litres de déchets divers, dont cinq masques chirurgicaux jetables et quatre gants en latex.

De quoi inquiéter Laurent Lombard, en ce deuxième week-end de déconfinement. "Ca va devenir un vrai désastre écologique. Il y a une semaine, je ne voyais qu'un gant de temps en temps, ensuite, j'ai commencé à en voir de plus en plus".

"Ce n'est que le début. Quand il va y avoir un gros orage, tous les masques et les gants jetés sur les trottoirs ou dans les égouts vont se retrouver en mer"
, déplore le plongeur.
 
Le fondateur de l'association Opération Mer Propre appelle à un sursaut citoyen : "80% des déchets que l'on retrouve en mer viennent de la terre. Tout le monde doit prendre conscience que les déchets doivent être jetés dans les poubelles et nulle part ailleurs".

Face à la multiplication des masques jetés sur les trottoirs Eric Pauget, député Les Républicains de la 7ᵉ circonscription des Alpes-Maritimes a déposé le lundi 18 mai une proposition de loi pour durcir la réglementation.

Il propose ainsi d'augmenter le montant de l'amende à 300 euros.
Pour des questions environnementales mais également de santé publique, le ministère de l'Ecologie recommande d'isoler les masques usagés (mais aussi les mouchoirs, lingettes usagées et gants) durant 24 heures dans un sac avant de les jeter dans la poubelle des ordures ménagères.
 
Un masque chirurgical met 450 ans à se désagréger
Les masques chirurgicaux jetables sont fabriqués avec des « non tissés polypropylènes », des textiles issus du pétrole aux propriétés intéressantes pour la filtration grâce à l’électricité statique, mais qui comme les lingettes, les couches et autres serviettes mettront près de 450 ans pour disparaitre.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société déconfinement environnement