Des serpents “parmi les plus venimeux au monde” dans un appartement à Antibes

Un mamba vert photographié lors d'une exposition à Offenburg (Allemagne) en 2008 / © AFP / Johanna Leguerre
Un mamba vert photographié lors d'une exposition à Offenburg (Allemagne) en 2008 / © AFP / Johanna Leguerre

Ce mardi, près de 15 espèces de serpents extrêmement dangereux ont été saisis dans un appartement à Antibes dans les Alpes-Maritimes.

Par DD avec AFP

Un record en France

Parmi ces serpents figuraient, le mamba vert, la vipère du Gabon, le naja, les cobras, les crotales asiatiques. L'Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) a précisé  "Sur les espèces saisies, une seule n'était pas dangereuse. Tout l'appartement était aménagé avec des terrariums."
 

"Il y en avait cinq ou six sur la table de la cuisine, au salon, dans le couloir, dans les placards" 


Eric Hansen, le directeur régional de l'ONCFS a indiqué qu'il s'agissait d'un record pour une telle saisie chez un particulier en France. Cette saisie a été possible après plus de 6 mois d'enquête, la perquisition a eu lieu ce mardi en présence d'un inspecteur de l'environnement, assisté d'un vétérinaire et de pompiers spécialisés.
 

"Il n'avait pas conscience du danger"


Le propriétaire des serpents, âgé de 42 ans, est un passionné. Il se savait en infraction, ne possédait ni autorisation, ni certificat de capacité, ni justificatif d'origine. "Ça ne s'achète ni au Carrefour du coin, ni sur internet", il a affirmé se les être procurés par un réseau d'amis. Les animaux étaient bien traités.

Parmi ces serpents, le mamba vert : un spécimen dont la morsure est le plus souvent mortelle pour l'homme, et qui mesure 2 mètres de long. Il y avait également la vipère du Gabon, identifiable à sa large tête, et qui possède les plus longs crochets venimeux (5 centimètres).

La justice doit décider de leur sort, précise Eric Hansen, le directeur régional de l'ONCFS, car "c'est une bombe ambulante". "Même les parcs zoologiques en détiennent de moins en moins car ils nécessitent une protection particulière et une sécurité pendant le transport", selon lui.

L'homme qui détenait ces serpents est passible de 150.000 euros d'amende et 2 ans de prison.

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Expédition au large de l'Amazone

Les + Lus