Cagnes-sur-Mer : la piste cyclable du bord de mer supprimée, un autre parcours expérimenté dès lundi

Publié le Mis à jour le
Écrit par Laurent Verdi et June Raclet

En partie réduite quelques jours après son inauguration, la nouvelle piste cyclable du bord de mer de Cagnes-sur-Mer va finalement être supprimée en totalité. Le maire annonce l’expérimentation d’une autre piste cyclable dès lundi 15 juin, le long de la Cagne.

Depuis le 7 mai, la Ville de Cagnes-sur-Mer expérimentait l’utilisation d’une nouvelle piste cyclable au bord de mer, qui supprimait une voie de circulation pour les voitures. Mais l’expérience tombe à l’eau, et la piste cyclable va finalement être supprimée en totalité.

Après un mois de recul, nous arrivons à la conclusion que cette piste cyclable ne fonctionne pas. En l’état actuel des choses, le flot de véhicules à cet endroit rend impossible la pérennisation de cette voie pour les vélos. Il faudra plus de temps pour changer les habitudes - Louis Nègre, maire de Cagnes

Le maire a pris cette décision mardi 9 juin, à l’issue d’une réunion de travail du groupe "vélo" réunissant cyclistes, élus, associations de commerçants du Cros-de -Cagnes, comités de quartiers, agents et experts de la Métropole et de la commune voisine Villeneuve-Loubet. 

Durant le mois d’expérimentation, entre 3 000 et 3 700 vélos par jour ont emprunté les deux pistes cyclables du bord de mer, la piste existante plus familiale, limitée à 10kmh, et la piste expérimentale. " Mais il n’y a pas eu de report modal de la voiture sur le vélo, on a fait face à une saturation du trafic alors qu’il n’est même pas encore revenu à son seuil d’avant le crise sanitaire ", constate la mairie, qui ajoute :

 Le jour d’après n’a pas été celui que l’on espérait et le retour aux véhicules personnels à été plus rapide que prévu.

 

Une nouvelle piste cyclable le long de la Cagne

La ville renonce donc à cette piste du Cros-de-Cagnes, expérimentée pendant un mois.  Coût de l'opération : 45 000 euros. Louis Nègre, maire sortant de la commune, explique pourquoi.

La ville  ne laisse pas tomber son « schéma vélo » pour autant. Dès lundi 15 juin, sera lancée l’expérimentation d’une piste cyclable qui traversera la commune du Nord au Sud sur environ deux kilomètres, le long de la rivière la Cagne, avec une jonction à travers le Jardin du 8 mai.

Nous n’avons pas réussi avec la piste cyclable de bord de mer, mais nous continuons les expérimentations pour accompagner le changement des habitudes de déplacements des habitants.

Pour la mairie, l’interêt pour les pistes cyclables est là, mais la population n’est pas encore tout à fait prête à troquer sa voiture contre un vélo. Elle compte sur le bon fonctionnement des transports en commun et notamment l’arrivée du tramway à Cagnes dans cinq ans, avant d’envisager à nouveau une requalification du bord de mer. 

 

Emputée avant d'être supprimée

Quelques jours après son inauguration, la piste cyclable du bord de mer avait déjà était réduite. La partie entre l'hippodrome et le pont de la Cagne avait était supprimée, " pour permettre aux automobilistes qui viennent de Villeneuve-Loubet de rejoindre la nationale 7 ", expliquait la mairie. La Ville souhaitait maintenir le reste des nouveaux aménagements, " pour faire de ce bord de mer un lieu agréable et plus une autoroute ".

Une pétition avait été lancée par Josiane Piret pour la suppression totale de la piste. L'ex-première adjointe au maire est toujours en lice pour le second tour des élections municipales et reste en campagne.
 

Manque de dialogue


Le maire de Villeneuve-Loubet, commune voisine de Cagnes-sur-Mer, se réjouissait de la supression d'une partie de la piste cyclable : "Je suis très satisfait, mais ce qui m’avait déplu, c’est que l’on n'était au courant de rien".
 


Lionnel Luca explique qu'il a " demandé qu’on supprime la piste devant l'hippodrome car elle n'avait aucune raison d’être ", compte tenu principalement de l'aménagement des voies qui provoquait d'importants embouteillages.

De son coté, la ville de Cagnes-sur-Mer rappelle que sa principale préoccupation est d'améliorer la qualité de vie de ses citoyens. D'Antibes à Nice, l'ensemble des nouveaux dispositifs seront réévalués régulièrement et adaptés si besoin pour permettre une meilleure circulation des véhicules et des vélos.