• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

Cellule islamiste : les trois Cannois présentés au juge antiterroriste

Le procureur de la République de Paris. / © France 3
Le procureur de la République de Paris. / © France 3

Cinq des douze interpellés ont été relâchés ce jeudi matin à l'issue de leur garde à vue. Les autres, dont les trois cannois, sont présentés à un juge d'instruction antiterroriste. 

Par Karine Jerama avec AFP

Sept des douze personnes interpellées samedi dans le cadre du démantèlement d'une cellule islamiste radicale sont déférées devant le parquet de Paris ce jeudi, après une garde à vue exceptionnelle de cinq jours. Ils seront présentés à un juge d'instruction antiterroriste dans le cadre de l'enquête sur le démantèlement de cette cellule qui avait stocké des éléments utiles à la fabrication d'engins explosifs. Les trois suspects interpellés à Cannes et au Cannet ce week-end font partie  de ceux qui sont déférés au parquet. 

Le parquet de Paris a ouvert une information judicaire pour tentative d'assassinat, concernant l'attentat de Sarcelles, pour détention de subtances entrant dans la composition d'engins explosifs, pour vol d'arme et associations de malfaiteurs. Dans son point presse ce jeudi matin, le procureur de la République, François Molins, a estimé que la cellule terroriste démantelée était probablement la plus dangereuse depuis 1996 en France.

Déclaration du procureur de la République de Paris :

Déclaration du procureur de la République de Paris
France 3

PROFIL DE SUSPECTS
Ils ont entre 19 à 25 ans, sont "tous nés en France et de nationalité française".
Tous sont des "convertis plus ou moins récents, sauf un". Concernant leur radicalisation,
"il n'apparaît pas" qu'elle ait eu lieu en prison. Outre Louis-Sidney, seuls deux
des suspects ont "été incarcérés, respectivement pour six et trois mois" dans des
affaires de "vols ou trafic de stupéfiants".
 
FILIERE JIHADISTE
L'enquête se compose en deux volets: Un premier "dont le champ d'action semblait
être la commission d'attentats sur le territoire national", notamment Sarcelles,
et un second "dont le projet était plus spécifiquement de rejoindre les groupes
jihadistes implantés à l'étranger, notamment en Syrie".
Sur l'aspect filière jihadiste, "le rôle clé de deux des individus interpellés
a pu être établi".
"L'un avait les contacts à l'étranger et apparaît comme celui qui servait de relais
auprès des candidats français", a détaillé le procureur.
Le second, "outre son implication" dans l'attentat de Sarcelles, "s'était récemment
rendu en Egypte et en Tunisie avec notamment Jérémie Louis-Sidney pour une durée
de trois mois. Il n'a toutefois pas souhaité donner beaucoup d'explications sur
le contenu de ce séjour".

Réactions à la sortie de la mosquée de Cannes
Reportage: P. Varnier, F. Tisseaux et C. Delannoye


A lire aussi

Sur le même sujet

Jérôme Viaud (06)

Les + Lus