LIVE Festival de Cannes : plus de 150 danseurs font revivre la Carioca du film “La Cité de la peur”

Flash-mob spécial pour les 25 ans du Film "La Cité de la peur" ce jeudi 16 mai au Festival de Cannes. / © Anne Le Hars
Flash-mob spécial pour les 25 ans du Film "La Cité de la peur" ce jeudi 16 mai au Festival de Cannes. / © Anne Le Hars

Difficile d'avoir échappé à cette information : un flash-mob spécial pour les 25 ans du Film "La Cité de la peur" avait lieu ce jeudi 16 mai au Festival de Cannes. Petite révision avant de se lancer...

Par Michel Bernouin & ALH

Un quart de siècle après la sortie du film mythique incarné par le trio Chabat-Lauby-Farrugia de Les Nuls, dont l’action se situe pendant le festival, Cannes célèbre l’anniversaire avec une carioca géante et une projection sur la plage, en présence des comédiens

D'abord, il faut bien garder le texte de Philippe Chany en tête :

Sais tu danser la Carioca? - C'n'est pas un fox trot - Ou une polka - C'n'est vraiment pas - Très compliqué - Pour la comprendre - Suis bien mes pas - C'n'est pas un tango  - Ou un cha cha -  Encore moins - Une bossa nova - Quand t'as goûté - A cette danse là - Tu ne peux -  Plus faire que ça:- Youpi - Dansons la carioca - C'est bien - Faisez tous comme moi - Youpi - Avec la carioca - Tant pis s'il faut dire - Aux autres danses - "Au revoir" - Maint'nant qu'tu danses - La carioca - Ça tu t'en fiches bien- De la polka - Tu n'en veux plus - De la rumba, du houla hop - Et du cha cha - Tous les matins - Dès le lever - La Carioca - Te fais bouger - Et quand tu danses - Chaque petit pas - Te mets en joie - Pour la journée - Youpi - Dansons la Carioca - C'est bien - Faisez tous comme moi - Oh oui! Youpi - Dansons la carioca - Tant pis s'il faut dire - A tout le monde - "Au revoir".
 

Revivez la Carioca géante organisée sur les allées de la Liberté ce jeudi soir :
"Sais-tu danser la Carioca ?" Une trentaine de Cannois s'étaient d'abord retrouvés, ce mardi midi dans les jardins de la médiathèque Noailles, pour une répétition avant le flash-mob dansé devant le kiosque des allées, ce jeudi soir.

Régis fait partie des studieux Cannois venus participer à cet entraînement collectif :

Les pas sont faciles, mais il faut être synchronisé avec les autres, donc cela demande un peu d’entraînement.

 
Cette danse, inventée pour les besoins du film "de les Nuls", n'est pas un fox trot ou une polka. Non. C'est un improbable mélange de pas empruntés à plein d’autres danses : salsa, de rumba, de jazz et même de classique.

Alors pour la réaliser, mieux veut suivre les conseils d’un professionnel. Stéphanie Niepsujewicz, professeure de danse jazz à Cannes la Bocca :

J’ai été contactée par la mairie de Cannes et le palais des festivals qui avaient envie de mettre en scène, pour les 25 ans de la Cité de la peur, la scène culte de la carioca et d’en faire un flashmob. La chorégraphie de base n’est pas facile pour des novices, donc on l’a adaptée. Le plus compliqué est le pas de salsa…

Pour les fans de "La cité de la peur" ou ceux qui n'auraient encore jamais vu le film, rendez-vous jeudi à la tombée de nuit à la projection prévue au Cinéma de la plage, en présence de Chantal Lauby, Alain Chabat, Gérard Darmon et Dominique Farrugia.
 
Le film fera l’objet d’une ressortie en salle le 5 juin prochain et une sortie en coffret spécial 25 ans est prévue pour novembre 2019. 

 

Les répliques cultes :

- Mais mon chien est mort par contre, alors si je pouvais dormir chez toi juste pour avoir une présence, un compagnon pour pas être seul. - Ça fait 3 fois qu'il est mort ton chien. - Oui mais il a beaucoup souffert !

- On peut tromper mille fois mille personnes, non, on peut tromper une fois mille personnes, mais on ne peut pas tromper mille fois mille personnes. Non, on peut tromper une fois mille personne mais on peut pas tromper mille fois une personne. Non.

- Qu'est ce qui y'a ! Vous êtes malade en voiture ? - Non, c'est quand je suis content je vomi, et là, là je suis super content.

- On peut se tutoyer ? Hein c'est plus sympa. - Ouais. - T'es lourd.

-  Meurs, pourriture communiste !

- Je m'occupais du festival moutarde et cinéma. - Ah ! c'est passionnant, ça. Et ça parlait de quoi? - De moutarde et de cinéma. - Oh ! Formidable ! - Ma première voiture, c'était une Peugeot ! - Oh, c'est formidable. - Et un jour, mes cousins sont allés coucher chez ma grand-mère ! - Oh, c'est fabuleux !

- L'enterrement aura lieu mardi prochain je pense. - Mardi ! Ah non... Je ne crois pas... Sinon je serais venue avec plaisir. - C'est gentil. J'espère au moins que le soleil sera de la fête, c'est plus gai, enfin moins triste.

- Bon alors question... Qu'est ce qu'il y connaît aux femmes Rick Hunter ? - Euhh bah je sais pas... - Réponse : ... Rien !

- Ça va trancher chérie ! - Mais nan qu'est ce que tu fais il faut dire " ça va couper chérie " ! Pas " ça va trancher ". - Ah bon ? - Bah oui t'étais où pendant le film toi ? - Ah mais nan parce que je fais ça a mi-temps moi ! Je suis pas un full time job !

- Parlez moi de vous plutôt. - Odile ! Moi c'est Odile ! Pluto c'est l'ami de Mickey ! - Ah non ! Pluto c'est le chien de Mickey ! L'ami de Mickey c'est Dingo !

- Quelle est la différence entre une moule et un pull-over ? ... Bah un pull-over ça moule et une moule sa pue l'ovaire !
- Simon, vous n'avez pas de bagages ? - Ah, ba, non ! On m'a dit de venir, pas de venir avec des bagages, pourquoi il fallait que j'en prendre ?

- Il s'est fait coincer par la tapette géante ! - Écoutez Kara, Monsieur n'est pas une tapette, Monsieur est commissaire de police !

- Je suis quasiment sûr que nous avons affaire à un serial killer. - Pardon ? - Je crois que nous avons affaire à un serial killer. - Un quoi ? - Un serial killer. - Un ? - Un serial killer. Un tueur en série. - Ah... Un serial killer.

- Madame je vous pisse à la raie ! - Deray, Odile Deray.

- Vous voulez un whisky ? - Non, juste un doigt. - Vous voulez pas un whisky d'abord ?

- J'ai faim ! - Bon qu'est ce que vous voulez ? - Ben j'sais pas, n'importe quoi... des gencives de porc !
Il ne peut plus rien nous arriver d'affreux maintenant !

- Simon, t'as un bout de pomme de terre sur la joue.

- Simon : Moi je suis de l'avis de Bialès là, il bluffe. On vote ? On vote. Moi je vote et je dis il bluffe.

- Dites, Simon, il va falloir me le vendre ce film... Trouvez des gimmicks, des phrases chocs. - Quel genres ? - Heu... Genre, genre... Genre des phrases chocs - Ah.

- Tu veux mes yeux ? Parce que moi j'les mange pas !

- Arrêtez ! Vous essayez de gagner du temps ! - Mmmmmm... non ! Oh si si, prenez un chewing-gum, Émile.

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Cannes sur culturebox

toute l'actu cinéma

toute l'actu Danse

Expédition au large de l'Amazone

Les + Lus